18h50 franceinfo, France info

"Toutes les formes de discriminations sont une atteinte insupportable à la dignité humaine", martèle la ministre Elisabeth Moreno

La ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances réagissait à l'interview du président Emmanuel Macron dans le magazine "Elle".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La ministre chargée de l\'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l\'Égalité des chances, Elisabeth Moreno, le 8 mars 2021 lors d\'une rencontre avec des entrepreneurs, à Paris.
La ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, Elisabeth Moreno, le 8 mars 2021 lors d'une rencontre avec des entrepreneurs, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Toutes les formes de discriminations sont une atteinte insupportable à la dignité humaine", a affirmé jeudi 1er juillet sur franceinfo Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, alors qu'Emmanuel Macron a dit s'alarmer d’une société qui tend à se "racialiser". Dans son interview à l’hebdomadaire Elle, le chef de l'Etat a affirmé ne pas se reconnaître dans un "combat qui renvoie chacun à son identité ou son particularisme”.

"Nous sommes bien conscients que le racisme peut diviser notre société", assure Elisabeth Moreno. Elle met en avant la "volonté" d'Emmanuel Macron qui est de "lutter contre ce fléau qui divise là où nous avons véritablement besoin de cohésion".

Emmanuel Macron, oppose à la "logique intersectionnelle"

Dans son interview au magazine Elle, le président a estimé que "la logique intersectionnelle fracture tout", car elle "renvoie chacun à son identité". Pour Elisabeth Moreno, "l'universalisme que prône la France tend à faire en sorte que nous travaillions sur l'égalité des êtres humains, quels qu'ils soient, quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur religion, pour que chacun se sente respecté". Elle ne nie pas qu'il y ait des discriminations, "puisque je l'ai vécu dans ma chair et que je suis entourée de personnes qui subissent encore ces discriminations, qui subissent le racisme, qui subissent le sexisme et toutes discriminations que vous pouvez imaginer".

Mais la ministre martèle que contre le racisme et les discriminations, "nous gagnerons tous à lutter pour l'humanisme plutôt que d'aller chercher les individualités de chacun". Elle s'interroge : "Comment est-ce que nous allons faire en sorte de vivre ensemble correctement, si chacun doit se battre pour un principe identitaire. Ce qui est important, c'est de se battre pour l'égalité de tous les êtres humains."

Des propos "affligeants" selon le président de SOS Racisme

Sur franceinfo jeudi 1er juillet soir, le président de SOS Racisme Dominique Sopo a jugé les propos d'Emmanuel Macron "affligeants" et a dénoncé "la technique qui consiste à décocher des flèches contre ceux qui luttent contre le racisme plutôt que de décocher des flèches contre le racisme". Pour Elisabeth Moreno, il s'agit d'un "procès d'intention qui est très injuste". Elle assure que le président de la République est "très sensible à ces sujets-là, et que nous en discutons au sein de mon ministère". Elle soutient que "Dominique Sopo le sait, puisque nous travaillons en ce moment sur un plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme dans lequel j'associe toutes les associations qui luttent contre ce fléau". La ministre se dit donc "étonnée par ces propos".

La ministre chargée de l\'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l\'Égalité des chances, Elisabeth Moreno, le 8 mars 2021 lors d\'une rencontre avec des entrepreneurs, à Paris.
La ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, Elisabeth Moreno, le 8 mars 2021 lors d'une rencontre avec des entrepreneurs, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)