Télétravail obligatoire : "La règle n'est pas négociable", prévient Laurent Pietraszewski qui promet un renforcement des contrôles

écouter (8min)

"Il pourra y avoir des sanctions pour les rares qui ne jouent pas le jeu", a assuré le secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail, rappelant "qu'il peut déjà y avoir des mises en demeure par les inspecteurs du travail".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Pietraszewski, secrétaire d'Etat chargé des Retraites et de la Santé au travail était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 24 janvier 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Il y a une règle claire et elle n'est pas négociable", a déclaré sur franceinfo, mardi 28 novembre, Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail, alors que le gouvernement a annoncé le renforcement du télétravail, avec trois ou quatre jours obligatoires quand cela est possible pour faire face à la cinquième vague de Covid-19 et à la propagation du variant Omicron. "À situation exceptionnelle, nous avons des mesures exceptionnelles, ce n'est pas une option", a-t-il insisté.

"Il faut une réponse dissuasive, plus réactive vis-à-vis de situations qui sur le fond remettent en cause les efforts de toutes les autres entreprises"

Laurent Pietraszewski

à franceinfo

Le ministre a constaté que "depuis le début de la crise sanitaire, les entreprises jouent le jeu, et c'est souvent le fruit du dialogue social de proximité". Ce sont ces discussions qui doivent "organiser le télétravail" dans les entreprises qui le peuvent. Des sanctions seront discutées dans le cadre du projet de loi porté par le gouvernement qui sera présenté mercredi 29 décembre. Le montant d'une éventuelle amende n'a pas encore été fixé.

Des contrôles renforcés

Les contrôles seront renforcés. "C'était déjà le cas depuis le mois de décembre, avec près de 5 000 contrôles en un mois, et nous continuerons avec une progression de plus de 25% en janvier", a-t-il assuré. Laurent Pietraszewski a ajouté que le "meilleur contrôle restait celui fait par les représentants des salariés".

Selon lui, "40% des activités sont télétravaillables dans le pays" et les entreprises devront réfléchir à "segmenter par secteur d'activité". "Les activités d'ingénierie ou commerciales d'un atelier peuvent se faire à distance et la fabrication en présentiel", a-t-il expliqué en avançant l'exemple de l'usine Toyata d'Onnaing dans le Nord, "c'est sûr que vous ne pouvez pas fabriquer une Toyota à distance".

Pour ceux qui ne peuvent pas travailler, Laurent Pietraszewski a évoqué "la responsabilité collective d'assurer la sécurité parfaite de tous ceux qui sont au travail, également en présentiel". Les protocoles dans les entreprises seront "actualisés sur la base de nouvelles annonces".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.