Cet article date de plus d'un an.

Retour d'Adrien Quatennens à l'Assemblée : "Il y a une exigence de tenir nos principes féministes mais il peut y avoir un droit à la réhabilitation", estime Clémence Guetté

Le député Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales, a fait son retour à l'Assemblée nationale.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Clémence Guetté, députée La France insoumise, à l'Assemblée nationale le 18 juillet 2022. (OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)

"Il y a une exigence de tenir nos principes féministes mais il peut y avoir un droit à la réhabilitation", a déclaré mercredi 11 janvier sur franceinfo la députée La France insoumise du Val-de-Marne Clémence Guetté, alors que le député Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales et suspendu quatre mois par son groupe, a fait son retour à l'Assemblée mercredi en commission des Affaires étrangères

>> Retour d'Adrien Quatennens à l'Assemblée : "Vraiment trop tôt", "décision personnelle", "scandaleux"… Les premières réactions politiques

"Il est de fait un député non-inscrit et il n'est pas député de La France insoumise" durant sa suspension, a rappelé Clémence Guetté, qui ajoute que lui seul "fait le choix d'exercer son mandat" et qu'il "en est libre"

"Personnellement, je ne l'ai pas encore croisé", a ajouté la députée insoumise. Celle qui siège physiquement à côté d'Adrien Quatennens dans l'hémicycle explique qu'"il va de soi que nous sommes des camarades politiques donc nous nous parlons". Clémence Guetté a enfin assuré que le député "reviendra au sein du groupe insoumis", après la fin de sa suspension prévue le 13 avril 2023.

Une réforme des retraites "d'une brutalité sociale incroyable"

Sur la bataille qui démarre contre la réforme des retraites présentée mardi par le gouvernement, la députée du Val-de-Marne prévoit "un durcissement du rapport de force" à partir du 19 janvier prochain. "Monsieur Macron oublie qu'il a été réélu par défaut face à l'extrême droite, pas du tout par une adhésion à ce projet qui est brutal"

"Il est vraiment temps de réinstaurer un peu de justice et de renoncer à cette réforme pour faire tout ce qui n'est pas fait, notamment sur l'augmentation des salaires, a-t-elle poursuivi. Pourquoi s'enteter dans cette contre-réforme qui est d'une brutalité sociale incroyable ?"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.