Rentrée du MoDem : "On a besoin de rassembler et d'identifier ce pôle de gens qui se reconnaissent dans un espace modéré", avance Marc Fesneau

écouter (7min)

Le ministre chargé des relations avec le Parlement estime que la rentrée du MoDem doit être un espace ouvert à "d'autres" ainsi qu'à "la droite et à la gauche".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marc Fesneau, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, à la sortie du Conseil des ministres, le 8 septembre 2021. (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

Le MoDem tient son université de rentrée 2021 à Guidel dans le Morbihan. François Bayrou et Jean Castex feront un discours dimanche 26 septembre.

François Bayrou souhaite la création d'un grand parti démocrate. "Il porte cette idée qu'il faut que nous structurions cet espace central qui a fondé la majorité de 2017. Au moment où nous sommes dans la vie politique, on voit que c'est la fracturation qui est à l'œuvre et on a besoin de rassembler et d'identifier ce pôle de gens qui se reconnaissent dans un espace modéré", a expliqué vendredi 24 septembre sur franceinfo Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne.

"Il faut que cet espace puisse s'ouvrir à d'autres, à droite ou à gauche. Mais pouvoir faire discuter la droite et la gauche n'est possible que lorsque l'espace central est fort et c'est ce qu'on a vu en 2017. C'est ça qui est l'enjeu des temps qui sont devant nous."

Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne

à franceinfo

Concernant l'accord rompu par l'Australie au sujet des sous-marins, "je ne suis pas effrayé à l'idée que le Parlement puisse se saisir des questions", a déclaré vendredi 24 septembre sur franceinfo Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne.

"Il y a une commission d'enquête au Sénat. Il y a une question à l'Assemblée nationale. La commission des Affaires étrangères, la commission de la Défense, reçoivent très régulièrement la ministre des Armées, le ministre des Affaires étrangères et en toute occasion ils peuvent demander des explications. C'est d'ailleurs ce qui a déjà été fait. Il ne faut pas se focaliser sur la Commission d'enquête comme si c'était l'alpha et l'oméga de la réponse et du contrôle parlementaire".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 18h50 franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.