Présidentielle : "Depuis quatre ans, nous avons tout fait pour remettre en ordre de marche un Parti socialiste", estime Olivier Faure

écouter (7min)

Olivier Faure "veut se battre jusqu'au dernier instant et veut expliquer ce que le PS porte" à l'élection présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, était l'invité du "8h30 franceinfo" le 25 novembre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Depuis quatre ans, nous avons tout fait pour remettre en ordre de marche un Parti socialiste et faire en sorte que dans cette élection, nous puissions arriver avec un niveau de crédibilité qui soit celui qui permet d'arriver à être parmi les premiers", a déclaré ce lundi sur franceinfo Olivier Faure, premier secrétaire du PS.

>> Présidentielle 2022 : Marine Le Pen creuse l'écart sur ses poursuivants, selon notre sondage quotidien

"La capacité à résister", le Parti socialiste en a fait la "démonstration" notamment lors des régionales. "Il y a aujourd'hui de vraies différences qui justifient un soutien à la candidature d'Anne Hidalgo." La candidate a fait une campagne assez discrète. "Nous aurons à tirer les enseignements de cette campagne le moment venu et à chercher à comprendre les raisons pour lesquelles nous n'avons pas réussi à performer, si tel est le cas, dans l'élection." Mais pour le moment, Olivier Faure "veut se battre jusqu'au dernier instant et veut expliquer ce que le PS porte."

Des "divergences" avec Jean-Luc Mélenchon

"Depuis quatre ans", Olivier Faure a tendu "la main à toutes les forces de gauche pour leur dire qu'il fallait arriver à un projet commun pour parvenir à un candidat commun. Jean-Luc Mélenchon est de ceux qui ont toujours repoussé la perspective d'une candidature commune. Il a son projet et il voudrait que tout le monde s'y rallie. Mais il y a un certain nombre de sujets sur lesquels nous sommes divergents."

Parmi ceux-là, Olivier Faure a cité l'Ukraine. "Je ne suis pas pour qu'on refuse d'armer les Ukrainiens et qu'on refuse de sanctionner les Russes. C'est ce qu'il dit. Pour moi la paix, ce n'est pas la capitulation des faibles face aux forts." Autre point d'opposition : la question de l'Europe. "Je suis pour une Europe puissance, une Europe qui prend ses responsabilités et ce que je vois c'est que cette Europe a prouvé en quelques mois qu'elle était en mesure de faire à condition qu'il y ait une volonté partagée", a insisté Olivier Faure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.