18h50 franceinfo, France info

Montagne d'or en Guyane : "L'écologie du président, c'est l'écologie des annonces, c'est l'écologie marketing"

Marie Toussaint, candidate Europe-Ecologie-Les Verts aux élections européennes, était l'invitée du 19h20 politique de franceinfo jeudi soir.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marie Toussaint, candidate EELV aux élections européennes, le 23 mai 2019.
Marie Toussaint, candidate EELV aux élections européennes, le 23 mai 2019. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Le Conseil de défense écologique s'est tenu, jeudi 23 mai, pour la première fois à l'Elysée. Le ministre de l'Écologie, François de Rugy, a indiqué qu'il y avait "une incompatibilité" du projet de Montagne d'or en Guyane, "avec les exigences de protection environnementale". Cette déclaration ne rassure pas Marie Toussaint. La candidate Europe-Ecologie-Les Verts aux élections européennes est "inquiète".

Il faut que l'Union européenne se mette autour de la table, autour d'un traité environnemental qui serait la loi de toutes les lois.

Marie Toussaint

à franceinfo

François de Rugy "dit que le projet actuel de mine d'or [en Guyane] contrevient aux objectifs de préservation de la biodiversité", explique-t-elle sur franceinfo. "Or ce qui est dénoncé par le Parlement européen depuis 2010 c'est l'utilisation d'une pratique particulière au cyanure. Aujourd'hui c'est ce qui est rejeté, repoussé par le gouvernement", poursuit Marie Toussaint.

Pour la candidate aux élections européennes, le gouvernement "ne repousse pas du tout l'idée de construire des mines d'or en détruisant la forêt amazonienne, c'est juste ce projet-là tel qu'il est conçu qui est rejeté", d'autant "qu'il y a dix jours il y un autre permis minier qui a été donné à quelques kilomètres de là et qui, quant à lui, n'est pas remis en cause". Ce Conseil de défense écologique, "c'est comme d'habitude avec Monsieur Macron et ce gouvernement". Ce sont "des paroles, des paroles, des paroles, et puis les actes on les attend encore", a-t-elle fustigé.

Besoin d'agir

"L'écologie du président, c'est l'écologie des annonces, c'est l'écologie marketing. Aujourd'hui, ce qu'on observe c'est qu'on a une véritable urgence climatique et environnementale et que cela nécessiterait des mesures à la hauteur et des actes concrets. Ce dont on a besoin c'est d'agir maintenant", a poursuivi Marie Toussaint.

"C'est important que l'écologie soit au centre", des préoccupations politiques, pour ces élections européennes. "Par contre, il ne faut pas se tromper, l'écologie demande une rupture profonde avec le productivisme, avec le consumérisme, ce capitalisme tel qu'il est développé depuis plusieurs décennies par les partis majoritaires qui sont à l'œuvre en Europe".

"Nous ce qu'on demande c'est une véritable révolution politique qui soit aussi une révolution juridique, Il faut que l'Union européenne se mette autour de la table autour d'un traité environnemental qui serait la loi de toutes les lois, la norme fondamentale, qu'il n'y ait plus une loi, aucun projet qui contrevienne à l'objectif de ce traité qui est la préservation de la planète", a insisté, Marie Toussaint.

Marie Toussaint, candidate EELV aux élections européennes, le 23 mai 2019.
Marie Toussaint, candidate EELV aux élections européennes, le 23 mai 2019. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)