Législatives 2022 : la Nupes "peut l'emporter" mais "ça dépend désormais de la mobilisation", redoute Julien Bayou

écouter (7min)

Le dernier sondage Ipsos Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions prévoit une abstention à 54% contre 51,3% lors des législatives de 2017.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Julien Bayou, secrétaire national EELV (Europe Écologie Les Verts), le 20 mai 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) peut l'emporter", estime vendredi 10 juin sur franceinfo Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), à deux jours du premier tour des élections législatives. Mais selon lui, "ça dépend désormais de la mobilisation du plus grand nombre."

Il considère que "côté bannière commune, on a fait le travail". Près de 546 candidats ont été investis par la Nupes, la coalition composée de La France insoumise, du Parti socialiste, d'EELV, du PCF et de Génération.s., Julien Bayou répète que "l'enjeu maintenant, c'est la mobilisation". Le dernier sondage Ipsos Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions prévoit une abstention à 54% contre 51,3% lors des législatives de 2017.

Julien Bayou assure que son parti "ne s'efface pas" parce que la Nupes "porte un projet extrêmement ambitieux sur l'écologie", car "on ne peut pas attendre cinq ans d'inaction supplémentaire". Il vante par ailleurs un coalition "alignée, rassemblée, unie et complémentaire" sur différents thèmes comme "l'augmentation des salaires, sur la réparation des services publics et sur la mise en œuvre des accords de Paris."

L'union de la gauche, un "immense espoir"

Selon lui, la Nupes ne tourne pas autour de Jean-Luc Mélenchon : "La réalité, c'est que nous avons 650 mesures, 650 extrêmement ambitieuses et que sur le terrain, cela rencontre un espoir immense". Candidat aux législatives dans la 5e circonscription de Paris, il estime que cette union de la gauche était "attendue depuis longtemps". Il martèle que "c'est un immense espoir qui s'est levé". Toutefois, Julien Bayou redoute l'abstention : "Il faut le concrétiser et le concrétiser dans les urnes."

Pour convaincre les électeurs, il argue que "nous ne sommes pas condamnés à la fatalité, à l'impuissance. Mais cela nécessite d'aller voter. C'est un simple bulletin de vote, c'est simple le fait de glisser un simple bulletin de vote dans une enveloppe. Mais ça peut tout changer. Ça peut tout changer", répète-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.