Jean-Michel Blanquer à Ibiza : "Dans ce gouvernement, il y a une forme d'arrogance et une forme de négligence", dénonce Philippe Martinez

écouter (7min)

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est critiqué car il était en vacances à Ibiza lorsqu'il a annoncé le nouveau protocole sanitaire dans les écoles.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT était l'invité du "8h30 franceinfo", vendredi 5 novembre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Dans ce gouvernement, il y a une forme d'arrogance qu'on connait bien depuis le début du quinquennat et une forme de négligence, de manque d'attention, de manque d'écoute, vis-à-vis du personnel de l'Education nationale qui est très en colère et souffre beaucoup depuis de nombreuses années", a réagi mardi 18 janvier sur franceinfo Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, alors que Jean-Michel Blanquer a affirmé regretter le symbole que renvoie sa présence à Ibiza.

>> Jean-Michel Blanquer à Ibiza : ces précédents qui auraient pu alerter le ministre

Beaucoup ont appelé à la démission de Jean-Michel Blanquer. "C'est toujours un symbole, mais ce qui compte ce sont les choix gouvernementaux. On peut changer de ministre et continuer à faire la même politique. Ce sont les choix qui doivent changer" pas les ministres, explique Philippe Martinez.

"Ce qui a été révélé rajoute à la colère des enseignants qui ont appris un protocole sanitaire la veille de la reprise de l'école, avec un ministre qui déclarait ça depuis le soleil."

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

à franceinfo

Un nouvel appel à la grève des enseignants a été lancé pour le jeudi 20 janvier. "Cette grève correspond à la forte colère dans l'Education que l'on retrouve dans d'autres professions", indique le secrétaire général de la CGT. Philippe Martinez a insisté sur l'importance "d'écouter ceux qui sont en première ligne. C'est ce qui fait défaut par le ministre de l'Education nationale, mais plus globalement par le gouvernement et le président de la République."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.