18h50 franceinfo, France info

"Il faut qu’il y ait un projet de réforme des retraites de gauche, progressiste", estime le secrétaire général du PCF Fabien Roussel

Le secrétaire général du Parti communiste français annonce vouloir réunir les syndicats et partis politiques de gauche le 11 décembre au sujet de la réforme des retraites. Il souhaite que le gouvernement retire son projet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 14 novembre 2019 à Paris.
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 14 novembre 2019 à Paris. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

"Il faut qu’il y ait une alternative à gauche, un projet de réforme de retraites de gauche, progressiste", a appelé lundi 25 novembre sur franceinfo Fabien Roussel, le secrétaire général du Parti communiste français, au sujet de la réforme des retraites annoncée par le gouvernement, alors qu’Édouard Philippe rencontre cette semaine les principaux syndicats.

>> Réforme des retraites : comment l'exécutif contre-attaque avant la grève du 5 décembre

"Nous proposons une réunion des forces syndicales et politiques le 11 décembre prochain, a-t-il annoncé. Nous allons donner la parole à la CFDT, à la CGT, à Solidaires. Et nous, forces politiques de gauche, PCF, France insoumise, socialistes, écologistes, nous allons dire ce que nous sommes prêts à faire ensemble".

"On ne souhaite pas que le pays soit bloqué"

Fabien Roussel explique souhaiter "que ce gouvernement retire sa réforme des retraites" et se dit "contre ce projet de réforme par points, parce que tout le monde va y perdre". "Ce que nous voulons, c’est partir en retraite à partir de 60 ans, avec une pension garantie qui ne soit pas inférieure au Smic pour une carrière complète. (…) 60 ans c’est là où démarrent les plus belles années de la vie sans maladie. Il faut pouvoir en profiter", analyse-t-il.

Sur la grève du 5 décembre, "on ne souhaite pas que le pays soit bloqué, ce n’est jamais un plaisir de faire grève", se défend Fabien Roussel, qui relève qu’"il y a de nombreuses professions" qui "commencent à hausser le ton".

Interrogé sur de possibles violences, le premier secrétaire du PCF "souhaite qu’il n’y ait aucun mouvement de violence" et "en appelle au ministre de l’Intérieur à créer les conditions pour que cette manifestation se déroule sans heurts", ajoutant : "J’espère que cette manifestation ne sera pas pourrie par les black blocs, mais aussi par la police qui viendrait polluer cette manifestation".

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 14 novembre 2019 à Paris.
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 14 novembre 2019 à Paris. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)