Hausse des prix des carburants : pour l'eurodéputé Pascal Canfin, "la seule façon de s'en sortir, c'est la transition écologique"

écouter (7min)

L'eurodéputé Pascal Canfin était l'invité de franceinfo à quelques heures de l'annonce par Jean Castex jeudi des mesures prises par le gouvernement pour aider les Français à faire face à la hausse des prix des carburants.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pascal Canfin, le 18 avril 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO)

"La seule façon de se sortir [de la hausse des prix des carburants, c'est la transition écologique", a affirmé sur franceinfo jeudi 21 octobre l'eurodéputé Pascal Canfin, membre du groupe Renew et président de la commission Environnement au Parlement européen. Le Premier ministre Jean Castex devait annoncer quelques heures plus tard les mesures retenues par l'exécutif pour aider les Français à faire face à cette augmentation des tarifs. 

>> INFOGRAPHIE : Visualisez la hausse des prix de l'essence et du gazole, proches de leur record historique

"Le chèque carburant permet de cibler les Français qui en ont le plus besoin" a défendu Pascal Canfin, qui a opposé ce dispositif à une baisse générale des taxes, autre mesure évoquée par le gouvernement pour faire face à la flambée des prix. "Le désavantage de la baisse des taxes, c'est que vous les baissez pour tout le monde, y compris les millionnaires qui ont des SUV", a-t-il avancé.  Pour lui, une mesure ciblée comme le chèque carburant n'est pas "très compliquée" à mettre en place. C'est une "question de revenus, et les revenus, ça se flèche", explique-t-il.   

Pascal Canfin a également jugé qu'au-delà de ces "mesures de court-terme", la transformation de nos modes de transport est l’une des clés. "C'est ce qu'on fait au niveau européen : on passe de modes de déplacement carbonés à des modes de déplacement décarbonés, basés sur l'électricité", s'est-il félicité, ajoutant qu'une charge pour une voiture électrique "coûte en moyenne 4 euros, "très loin des 50 ou 60 euros quand on fait le plein aujourd'hui".

Faire peser l'addition plutôt sur les entreprises

Pascal Canfin est par ailleurs favorable à un "prix du carbone pour les entreprises", capables d'investir à long terme pour se transformer, contrairement aux ménages, "plus contraints". Cette transformation engendrera une "augmentation considérable" de la consommation électrique, notamment liée à l'électrification du parc automobile. "La décision européenne en cours de négociation prévoit l'interdiction de la vente de véhicules thermiques d'ici 2035", précise l'eurodéputé. Pour y faire face, Pascal Canfin explique que les énergies renouvelables et le nucléaire doivent cohabiter : "Les renouvelables ne pourront pas faire tout le job."   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.