Hausse des prix de l'énergie : "Grâce au nucléaire, nous pouvons diminuer la facture des Français", explique la ministre de l’Industrie

écouter (7min)

Agnès Pannier-Runacher est revenu sur l'annonce de la mise en place d'un "bouclier tarifaire" pour préserver les ménages des fortes augmentations des tarifs.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, était l'invitée de franceinfo le 4 octobre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"En France, grâce au nucléaire, nous pouvons faire en sorte de diminuer la facture des Français", explique Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, lundi 4 octobre sur franceinfo. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi le blocage des prix du gaz et de l'électricité, avec la mise en place d'un "bouclier tarifaire" pour préserver les ménages des fortes augmentations des tarifs du gaz et de l'électricité.

franceinfo : Ce blocage des prix, ce n'est pas une mesure pour calmer les esprits jusqu’à la présidentielle ?

Agnès Pannier-Runacher : Non, c'est une mesure pour que les Français modestes puissent finir les fins de mois dignement. En France, grâce au nucléaire, nous pouvons faire en sorte de diminuer la facture des Français. Il est donc essentiel d'accompagner les plus modestes, c'est pourquoi nous agissons pour eux. On est déjà en train de remplacer le gaz naturel afin que les Français ne paient plus pour le gaz naturel. Et au passage, l'électricité n'a pas encore augmenté, c'est un risque et c'est pourquoi le Premier ministre a pris des engagements.

Lundi matin sur franceinfo, Xavier Bertrand a demandé au gouvernement de rendre l'argent, qu'est-ce que vous répondez ?

Mais de quel argent parle-t-on ? De l'argent que le président de la République a rendu depuis cinq ans ? De la diminution de la taxe d'habitation et de sa suppression pour 80% des Français ? De la baisse de l'impôt sur le revenu ? Du "quoi qu'il en coûte" ? Sur l'augmentation du gaz, l'argent, on le rend euro pour euro car c'est le même montant que le chèque énergie annoncée par le Premier ministre. M. Bertrand a beau détester les éoliennes, il varie au gré du vent. Il y a une dizaine de jours, il nous disait que nous engagions trop d'argent et là il nous reproche de pas nous engager assez. Depuis le début, Emmanuel Macron a fait en sorte que les Français aient plus d'emploi et que ceux qui travaillent aient plus d'argent. On rend donc déjà l'argent.

Est-ce qu'il va y avoir des mini-centrales nucléaires ?

Emmanuel Macron a annoncé en décembre 2020, un investissement de 500 millions d'euros dans la filière nucléaire. C'est dans le Plan de relance. Donc, nous assumons aujourd'hui que pour faire face au défi climatique il nous faut des énergies renouvelables, il nous faut avoir du nucléaire. Notre enjeu aujourd'hui c'est de dire qu'il nous faut un "mix énergétique" et que ce soit du 50/50 [la moitié d'énergies renouvelables et la moitié de nucléaire]. C'est un plan d'investissement fait pour bâtir la France de 2030, fait pour investir. Ce qui est en jeu aujourd'hui, c'est la décarbonation de notre économie et elle passe par un changement massif de nos modes de production. Il faut remplacer le gaz pour se chauffer par d'autres énergies, et c'est essentiellement l'électricité qui doit prendre le relai. Et pour pouvoir produire beaucoup d'électricité, on ne peut pas s'appuyer uniquement sur les énergies renouvelables. On a besoin du nucléaire. Sans le nucléaire, il est impossible de faire la décarbonation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.