Covid-19 : "Il n'y a pas d'utilité à prolonger le pass sanitaire", jusqu'à l'été prochain, estime le porte-parole du RN Sébastien Chenu

écouter (7min)

Selon le porte-parole du Rassemblement national, "il y a des zones dans lesquelles on ne voit pas bien en quoi le pass sanitaire devrait encore être imposé aux Français".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national et député du Nord, était l'invité de franceinfo le 17 septembre 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Nous ne pouvons pas vivre dans un système qui soit dérogatoire du droit commun de restrictions des libertés alors qu'on nous avait dit que le pass sanitaire était utile lorsque tout le monde n'était pas vacciné", a indiqué mardi 19 octobre sur franceinfo Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national et de Marine Le Pen, candidate à la présidentielle de 2022. Les députés du Rassemblement national voteront contre la prolongation du pass sanitaire jusqu'à l'été. Le projet de loi sur la crise sanitaire est en discussion à l'Assemblée nationale.

"Aujourd'hui, une immense partie de la population est vaccinée. Il n'y a pas d'utilité à prolonger ce pass sanitaire. C'est le gouvernement des prolongations, prolongation du pass sanitaire, prolongation de l'insécurité, prolongation de la casse sociale, du déclin du pays", a égrené Sébastien Chenu. "Le pass sanitaire n'est pas un super-vaccin", a-t-il défendu.

"Ce gouvernement, décidément n'aura rien fait qui puisse projeter notre pays, rassurer les Français, les protéger".

Sébastien Chenu, porte-parole du RN

à franceinfo

"Je note que dans certains Etats le pass sanitaire se limite à de grands rassemblements, à des zones très précises. Quand on regarde les taux d'incidence, il y a des zones dans lesquelles on ne voit pas bien en quoi le pass sanitaire devrait encore être imposé aux Français", a poursuivi le porte-parole de Marine Le Pen.

Selon Sébastien Chenu, "le pass sanitaire n'est pas la garantie à quoi ce soit, il faut mettre tous les efforts sur le traitement, tant qu'on n'aura pas avancé sur le traitement on sera toujours dans cette situation et ça n'empêche pas de continuer à vivre avec des gestes barrières".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.