Covid-19 : Emmanuel Macron fait des "non-vaccinés des boucs émissaires", dénonce Marine Le Pen

écouter (7min)

En déclarant vouloir "emmerder" les Français non-vaccinés, le chef de l'État est dans une démarche "électoraliste", affirme la candidate à la présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen, mercredi 5 janvier 2022, à l'Aassemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)

"L’objectif c’est de diviser la population française, de monter les gens les uns contre les autres et je regrette qu’un certain nombre de Français tombent dans ce piège en faisant des non-vaccinés des boucs-émissaires", a déclaré mercredi 5 janvier sur franceinfo Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, députée du Pas-de-Calais, après la déclaration d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés. "Cela est fait dans un but strictement électoraliste, en faisant ça le président de la République s’affranchit de toute convenance et si c’est un coup stratégique il est contre-performant", a-t-elle ajouté.

Le projet du pass vaccinal "n'est pas sérieux"

Alors que le Premier ministre a accusé les anti-vaccin de "fracturer la Nation" et de "surcharger les services de soin", mercredi devant les députés, Marine Le Pen a tenu à rappeler que "lorsqu’on est vacciné cela n’empêche pas d’être contaminé, ni de contaminer les autres". "L’argument consistant à dire que quand on n’est pas vaccinés on contamine impunément les autres est un argument fallacieux, a poursuivi la député du Pas-de-Calais. Si cela n’était pas fallacieux, compte tenu du fait que 90% de la population française est vaccinée, il n’y aurait pas 350 000 cas de contaminations comme aujourd’hui."

>>> "Emmerder" les antivax : derrière la phrase choc, la stratégie calculée d'Emmanuel Macron.

Vouloir transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, comme l'ambitionne le projet de loi du gouvernement actuellement débattu à l'Assemblée nationale, "n’est pas sérieux", a estimé Marine Le Pen. "Une personne non-vaccinée mais qui a un test négatif est moins un danger pour les autres qu’une personne triplement vaccinée qui porte le Covid et le transmet, a-t-elle affirmé. C’est une réalité scientifique. Quand on comprend ça on comprend la décision du président de la République. Il ne s’agit pas de prendre des décisions sanitaires, il s’agit de prendre des décisions pour ‘emmerder’, comme dit le président, une partie des Français."

"Est-ce que vouloir persécuter une partie des Français est sérieusement digne de la fonction présidentielle ?"

Marine Le Pen

à franceinfo

La candidate du RN estime qu’on devrait "exclure les jeunes" de la vaccination car les moins de 20 ans ont, dit-elle, "quasiment zéro chance d’être hospitalisés à la suite d’une contamination."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.