COP27 : c'est "le seul moment où la Chine et les États-Unis sont confrontés aux victimes du changement climatique", affirme Barbara Pompili

écouter (8min)

La COP27, la 27e Conférence des parties sur le changement climatique, est organisée à Charm el-Cheikh, en Egypte, du 6 au 18 novembre 2022.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Barbara Pompili, ancienne ministre de la Transition écologique, candidate aux législatives dans la Somme, était vendredi 27 mai l’invitée du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"L'intérêt des COP, c'est pour ça que je suis une grande défenseuse des COP, c'est que c'est le seul moment où la Chine, les Etats-Unis se retrouvent confrontés concrètement avec les victimes du changement climatique", déclare lundi 7 novembre sur franceinfo Barbara Pompili, députée de la Somme, ancienne ministre de la Transition écologique, alors que la COP27 (conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques) se tient en Egypte à Charm-el-Cheikh jusqu'au 18 novembre.

>> Financements Nord-Sud, hausse des engagements... On vous explique les principaux enjeux des négociations sur le climat.

"Tous ces petits pays qu'on ne voit pas dans les grandes instances internationales habituelles", les grands Etats "les voient les yeux dans les yeux" et "ils doivent gérer avec tous ces pays qui ont bien l'intention de ne pas se laisser faire", détaille-t-elle. 

"Ce qui est intéressant cette année, c'est qu'on est en Afrique, c'est la première COP africaine et tous les pays africains, à raison, demandent des comptes à tout le monde."

 Barbara Pompili, ancienne ministre

à franceinfo

L'inaction face à la crise climatique qui s'accélère s'apparente à un "suicide collectif", a lancé le patron de l'ONU Antonio Guterres, aux grands de ce monde réunis en Egypte, les exhortant à renforcer la lutte avant qu'il ne soit trop tard.

"Je suis totalement d'accord avec ce qu'il a dit", a acquiescé Barbara Pompili parce qu'"aujourd'hui notre planète, c'est notre bateau, on est tous dans le même bateau et on est condamnés à s'entraider mutuellement", exhorte l'ancienne ministre de la Transition écologique qui "appelle à la mobilisation générale et tout le monde doit se serrer les coudes pour qu'on y arrive ensemble".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.