Cet article date de plus de trois ans.

Brexit : "L'occasion pour les institutions européennes de remettre les traités sur la table", affirme l'eurodéputé RN Jordan Bardella

Le numéro deux du Rassemblement national se "réjouit" du Brexit. "Je me félicite qu'on soit arrivé au bout de processus", a-t-il affirmé jeudi sur franceinfo.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
Jordan Bardella, invité de franceinfo jeudi 30 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Cette sortie du Royaume-Uni devrait être l'occasion pour les institutions européennes de remettre les traités sur la table et faire en sorte qu'on rende à chaque Etat ses leviers de souveraineté", a affirmé jeudi 30 janvier sur franceinfo Jordan Bardella, député européen du Rassemblement national et vice-président du parti, à la veille de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

"Je me réjouis qu'un pays reprenne les rênes de son destin"

Jordan Bardella affirme que pour le RN, il n'est plus question d'un Frexit. "Nous considérons que nous avons beaucoup d'alliés au sein de l'Union européenne avec lesquelles nous souhaitons transformer fondamentalement cette organisation européenne". Le député européen ne souhaite plus que la France quitte l'UE. "On souhaitait quitter l'Union européenne dans une période où nous étions relativement isolés sur la scène européenne dans le courant souverainiste." Mais selon lui, la nouvelle configuration du Parlement européen est propice à un changement. "Dans la nouvelle configuration européenne, avec nos alliés, nous pouvons changer cette construction européenne et faire en sorte que demain, les Britanniques reviennent coopérer avec nous", a-t-il expliqué.

On veut tout changer sans rien détruire. On peut le faire parce qu'on a des alliés.

Jordan Bardella

à franceinfo

"Nous souhaitons, avec l'ensemble de nos alliés européens, transformer du sol au plafond cette institution européenne qui nie la volonté des peuples, l'aspiration à la liberté, à la protection", ajoute le député européen. Il entend "rendre le pouvoir aux peuples et faire en sorte que la construction européenne, ce soit une coopération entre Etats".

Le numéro deux du Rassemblement national se "réjouit" du Brexit : "Je me félicite qu'on soit arrivé au bout de processus. On assiste à un big-bang au sein de l'Union européenne. Pour la première fois un pays a souhaité reprendre sa liberté." Il salue la "volonté du peuple britannique" qui a conduit à ce Brexit : "Je dis bravo parce que c'est un référendum qui a été voté. C'est la volonté du peuple britannique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.