:l'éco, France info

VIDEO. Jacques Aschenbroich : "La mobilité permettra aux agglomérations d'être compétitives"

Invité de Jean-Paul Chapel dans "l'éco", Jacques Aschenbroich, PDG de Valéo, analyse le marché de l'équipementier et réagit à la hausse des taxes du carburant. 

Voir la vidéo
franceinfo

Valéo est le leader mondial de l'équiment automobile. 85% de la valeur des véhicules sont des équipements : "On fait tout ce qu'il y a autour du moteur : les systèmes éléctriques, les systèmes thermiques, l'éclairage, l'essuyage ainsi que tous les capteurs" déclare Jacques Aschenbroich. 

Le Président Directeur Général de Valéo constate que les véhicules et moteurs deviennent de plus en plus efficaces : "On va de plus en plus vers le véhicule éléctrique. Nos clients souhaitent avoir une gamme de produits beaucoup plus large et réduire les coûts des véhicules éléctriques. Plus d'1,5 million de véhicules éléctriques seront vendus cette année dans le monde et c'est un marché en croissance de 60 à 70% par an."

Sur la hausse des taxes : "Quand on regarde Paris et l'agglomération parisienne, on voit que la mobilité est un sujet essentiel. Elle permettra aux agglomérations d'être compétitives. Il n'y a pas de mobilité sans développement économique et de développement économique sans mobilité. La voiture sera de plus en plus éléctrique et partagée. Elle continuera à jouer un rôle important dans cette mobilité fléxible" explique Jacques Aschenbroich. 

La question AFP : "La croissance de Valeo a marqué le pas. L'essor du véhicule électrique et autonome peut-il vous permettre de rebondir ?" Le PDG de Valéo répond: "La croissance de Valéo cette année, jusqu'à la fin septembre, est de 8%. On a un environnement qui est devenu plus compliqué en Europe avec les nouvelles normes." Sur la chute en bourse de Valéo la semaine dernière : "Ce n'est pas très agréable à voir, cela ne représente pas la réalité de notre entreprise. Le marché financier est très nerveux. Une mauvaise nouvelle sanctionne immédiatement et on rebondit très vite."

L'interview s'est achevée avec une bossa nova, "The Girl from Ipanema" de Antonio Carlos Jobim. Sur le Brésil, Jacques Aschenbroich a déclaré : "C'est un pays qui perd le nord, j'espère qu'il va le retrouver".