:l'éco, France info

Hervé Becam (UMIH) : "L’hôtellerie-restauration a déjà perdu 100000 emplois depuis le confinement. Les mesures restrictives annoncées ce soir pourraient en faire perdre 100000 autres"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 14/10/2020Durée : 00h6

Ce soir à 20 heures, Emmanuel Macron s’exprimera sur la crise sanitaire face à Anne-Sophie Lapix (France 2) et Gilles Bouleau (TF1), dans un entretien notamment retransmis en direct par franceinfo. Hervé Becam, vice-président de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), dit redouter les possibles annonces à venir pour le secteur de l’hôtellerie restauration. Parmi elles, il y a notamment celle du couvre-feu dans des grandes métropoles : "Le couvre-feu à 20 heures serait un arrêt complet ou quasi complet de l’activité des restaurants le soir. Même si il avait lieu à 22h, ce serait une perte de chiffre d’affaire considérable. En effet, il faut compter le temps pour les clients et le personnel des établissements de rentrer chez eux pour cette heure."

Hervé Becam dit craint des dégâts massifs sur le secteur de l’hôtellerie-restauration : "La perte de l’activité possible du service du soir est de 50 % du chiffre d’affaire. En termes d’emplois, nous avons déjà perdu 100000 emplois depuis la mise en place des mesures du14 mars… De nouvelles restrictions d’activité vont encore probablement diriger 100000 autres emplois vers Pôle emploi. Ces 100000 emplois sont des établissements qui ont dépassé le seuil de viabilité de l’établissement. Ils effectuent donc soit des dépôts de bilan, soit préparent un plan de licenciement pour sauver ce qui peut encore être sauvé." Même son de cloche pour le secteur de l’hôtellerie : "Je remercie le ministre du tourisme d’avoir encouragé les Français à réserver leurs vacances de la Toussaint, mais les mesures de ce soir pourraient mettre un grand frein aux réservations que l’on espérait. Les réservations sont déjà moitié moins élevées que l’année dernière."

"Nous espérons que les professionnels du secteur qui ne respectent pas les mesures soient sanctionnés, pour que la grande majorité des établissements qui respectent le protocole sanitaire puissent continuer à travailler"

Invité à donner son avis sur le nouveau protocole sanitaire dans les restaurants (obligeant les clients à laisser leurs coordonnées), Hervé Becam estime qu’il va dans le bon sens. "Le nouveau protocole donne satisfaction aux clients et aux professionnels, même si c’est une difficulté supplémentaire." Il dit "espérer fortement" que les contrevenants aux règles soient sanctionnés : "Nous demandons à toutes les forces de police, de gendarmerie et d’administration d’effectuer les contrôles nécessaires, pour que la grande majorité des établissements qui respectent ce protocole puissent continuer à travailler. Quelques établissements ne jouent pas le jeu. Les efforts consentis par l’ensemble de la profession risquent d’être mis à mal, car il y a quelques délinquants qui ne respectent pas les protocoles."

Concernant les aides publiques, le vice-président de l’Union des métiers et des industries de l'hôtellerie dit réclamer des aides "à la hauteur de ce qui a été annoncé" : "Nous demandons que toutes les aides annoncées soient accessibles à tous les professionnels qui peuvent en bénéficier. Il n’y a pas encore l’accès au fonds de solidarité pour les entreprises qui ont constaté moins de 70 % de chiffre d’affaire".

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==