:l'éco, France info

VIDÉO. Patrick Artus sur la récession en France : "On ne peut pas avoir une normalisation de l’économie en septembre : moins 11% c’est beaucoup plus vraisemblable que moins 8%"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 02/06/2020Durée : 00h6

Patrick Artus, chef économiste de Natixis, revient sur l’estimation d’une récession à moins 11% en France. “Ce n’est pas une surprise. L’Insee nous avait dit que moins 8% ça voulait dire qu’en septembre l’activité serait normalisée. L’activité ne sera pas normalisée en septembre. Il y a plein de secteurs où il y a des problèmes de productivité, qui viennent des normes sanitaires. Quand il y a 30 ou 40% de moins de clients dans un restaurant ça ne fait pas la même production qu’avant. Ceci est vrai dans la construction, l’industrie, le transport. Et puis il y a des secteurs en grandes difficultés, l’automobile, l’aéronautique. On ne peut pas avoir une normalisation de l’économie en septembre et donc moins 11%, c’est beaucoup plus vraisemblable que moins 8%.

Auteur du livre 40 ans d’austérité salariale, Patrick Artus s’exprime sur l’augmentation des salaires en France. “Je crois que cette problématique est renforcée par la crise. La France est un pays très particulier par rapports aux autres pays de l’OCDE, puisque nous n’avons pas eu d’anomalie dans le partage des revenus. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes de bas-salaire. C’est extrêmement difficile de vivre avec le Smic, c’est impossible s’il y a un seul revenu dans la famille. Mais le problème de salaires ne peut pas, en France, être attribué à un partage anormal des revenus. Les salaires augmentent à peu près comme la productivité, même un petit peu plus vite. Il faut chercher d’autres moyens pour qu’il y ait une hausse massive des salaires. Par exemple un revenu universel ciblé sur certaines catégories, la prime d’activité, la politique du logement. Mais pour l’ensemble de l’OCDE, la cause est claire : il y a eu des hausses de salaires qui sont trop basses depuis 30 ans."

Patrick Artus évoque la problématique des “entreprises zombies”. “Tous les États sont en train de s’endetter, l’Europe va s’endetter parce que les taux d’intérêts sont très bas, et si on changeait de politique salariale on aurait davantage d’impressions et les taux d’intérêts remonteraient. Donc on aurait un problème de dette. Et puis ensuite les taux d’intérêts bas ça crée toutes sortes de bizarreries dans les économies. Et une, ce sont les "zombies", des entreprises qui ne survivent que parce qu’elles peuvent continuer à s’endetter à des taux d’intérêts très bas. Mais ces "zombies" tuent la croissance. Est-ce qu’on doit sauver tout le monde par la dette ? Est-ce qu’on doit prêter à toutes les entreprises pour qu’elles survivent ? On a déjà 14% de "zombies", c’est de l’entreprise peu efficace, très endettée, est-ce qu’il faut avoir 25% de "zombies" après cette crise ? C’est une question extrêmement centrale.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==