:l'éco, France info

Alain Grandjean (Carbone 4) : "Les économies d’énergie, c’est ça la vraie bonne réponse"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 23/05/2022Durée : 00h6

"La bonne nouvelle, c’est que la transition écologique concerne tous les ministères" déclare Alain Grandjean, co-fondateur de Carbone 4, membre du Haut Conseil pour le Climat et invité de Jean-Paul Chapel ce lundi. Il relève deux nouveautés que sont la nomination d’une Première Ministre en charge spécifiquement d’une planification écologique ainsi que le retour du terme "planification" qui était souvent qualifié de "gros mot" dans une économie de marché. En ligne de mire, l’objectif affiché du gouvernement est la neutralité carbone d’ici 2050 (ne pas émettre plus de CO2 que ce qui est stocké). Pour ce faire, Alain Grandjean estime qu’il est nécessaire de faire des réductions d’émissions carbones de 5 % par an et des efforts dans tous les secteurs : logement, transport, agriculture notamment. La rénovation thermique des bâtiments serait pour lui particulièrement importante : "Il s’agit de profondément rénover les bâtiments et pas juste changer les fenêtres".

La planification qui sera cordonnée par le secrétaire général, Antoine Pellion et par les ministres Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher nécessitera cependant de lourds investissements pour les collectivités et l’Etat souligne Alain Grandjean. "L’ordre de grandeur, c’est entre facilement 2 % du PIB par an, qu’il va falloir sanctuariser sur le long terme". Soit 50 milliards d’euros qui supposeraient des négociations européennes à mener pour que les règles budgétaires soient adaptées. Cette planification se composera d’ordres pour les entreprises publiques comme EDF avec des objectifs ainsi qu’un cadre réglementaire plus contraignant pour les entreprises privées comme Total ou Engie explique l’économiste. Cela passerait par des interdictions à terme, comme par exemple celles des chaudières à fioul ou des voitures à moteur thermique ainsi que des "signaux fiscaux" pour accompagner les plus démunis et favoriser la transition. Le co-fondateur de Carbone 4 conclut en soulignant l’importance des économies d’énergie : "Les économies d’énergie, c’est ça la vraie bonne réponse, je me rappelle que dans les années 70, face à la crise pétrolière, on faisait la chasse au gaspi, c’est vraiment ça qu’il faut faire".

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==