Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Le marchand d'art et le milliardaire russe

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Pièces à conviction. Le marchand d'art et le milliardaire russe

Retour sur une affaire qui défraie la chronique du monde de l'art depuis des mois : Yves Bouvier, marchand d'art mondialement connu, est mis en examen. Son ami le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev l'accuse d'escroquerie. Extrait de "Pièces à conviction" consacré au port franc de Genève. 

Le 23 novembre 2016, "Pièces à conviction" revenait sur une affaire qui éclabousse le monde de l'art et implique un célèbre marchand de tableaux. Yves Bouvier, surnommé le "roi des ports francs" et notamment de celui de Genève, est aujourd'hui sous mandat d'arrêt international.

L'histoire remonte à 2003, quand le marchand d'art fait la connaissance du milliardaire russe Dmitry Rybolovlev. Ce proche du prince Albert est le propriétaire du club de foot de Monaco. Entre les deux hommes, c'est le coup de foudre. Pendant dix ans, grâce à Yves Bouvier, Rybolovlev se constitue une impressionnante collection de Gauguin, Modigliani, Renoir, Picasso, et même un Léonard de Vinci… pour la somme totale faramineuse de 1,8 milliard d'euros. 

"Escroquerie et complicité de blanchiment"

Mais en février 2015, coup de théâtre : arrivant chez le milliardaire, Bouvier est accueilli par la police monégasque et embarqué pour une longue garde à vue. Dans la foulée, il sera mis en examen pour "escroquerie et complicité de blanchiment". Le milliardaire russe a porté plainte. En cause, les marges énormes réalisées à ses dépens par le marchand d'art : 70 millions d'euros sur une toile de Rothko, 21 millions sur un Picasso…

Extrait de "Pièces à conviction. Le port franc de Genève, enquête sur le coffre-fort le plus secret du monde", diffusé le 23 novembre 2016. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.