Dimanche en politique, France 3

VIDEO. Nicolas Dupont-Aignan : "Il y a une crise démocratique"

Le 2 juillet 2017, Nicolas Dupont-Aignan était l’invité de "Dimanche en politique". Il est revenu sur l’actualité de la semaine passée, et notamment sur la rentrée parlementaire.

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Invité de "Dimanche en politique" le 2 juillet 2017, Nicolas Dupont-Aignan rejoint tout d’abord les hommages unanimes après la disparition de Simone Veil : "C'était une grande dame qui avait du caractère, et moi, j'aime ça. Nous n'avons pas toujours été d'accord, notamment sur l'Europe, mais il y a des moments de consensus surtout autour de personnalités qui élèvent le débat. C'était une dame de vérité, sa vérité."

"Emmanuel Macron, c'est un produit marketing"

A propos de la photo officielle du président Emmanuel Macron : "Ce que je constate depuis des mois, c'est que l'on a mis les Français sous hypnose. Emmanuel Macron, c'est un produit marketing", déclare-t-il. Le leader de Debout la France dénonce également un pouvoir qui voudrait affirmer sa force mais serait minoritaire dans le pays, notamment en raison d'un fort taux d'abstention aux dernières élections : "La première réalité, c'est qu'au premier tour des législatives, il y a 29 millions d’électeurs sur 47 millions qui ne sont pas allés voter. Il y a une crise démocratique."

"Je suis pour l’Europe des nations"

Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale dans la précédente législature, avait placé le drapeau européen dans l’hémicycle, et il y est toujours. Pour le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, ce drapeau n'y a pas sa place : "Il n'a pas sa place là, mais en revanche, je suis pour l'Europe des nations." Le député confirme aussi sa présence au Congrès de Versailles du lundi 3 juillet, à la différence de quelques opposants Les Républicains et des insoumis de Jean-Luc Mélenchon.

Les propos du président "sont méprisants pour les Français"

Le président de Debout la France en profite pour fustiger des propos tenus par le président de la République à l'occasion de l'inauguration de la station F, un incubateur de start-ups installé dans une ancienne gare parisienne. Emmanuel Macron a en effet déclaré : "Dans une gare, on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien…" "Ce sont des propos méprisants pour les Français et il devrait s'excuser", juge Nicolas Dupont-Aignan. Cette phrase a provoqué une réaction en chaîne : "Si Nicolas Sarkozy avait dit cela, s'il avait trusté tous les postes à l'Assemblée nationale, s'il avait parlé au Congrès de Versailles avant son Premierr ministre, qu'est-ce qu'on aurait dit ?"

"J’ai cinq ans pour construire un projet alternatif"

Face à un groupe La République en marche largement majoritaire à l’Assemblée, comment se faire entendre ? "Je me ferai entendre à ma façon. J'ai cinq ans pour construire un projet alternatif qui résolve les problèmes".

F. de rugy
F. de rugy (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)