Avenue de l'Europe, le mag, France 3

VIDEO. Le village de Don Camillo était aux mains de la mafia

A Brescello, le village de Don Camillo, la mairie était infiltrée par la mafia. Depuis, le conseil municipal a été dissous. Pour "Avenue de l'Europe", Frédérique Maillard a accompagné au café Peppone, un repaire mafieux, celui qui a osé briser l'omerta et dénoncer le clan. Ambiance tendue dans cet extrait.

La mafia gangrène désormais le nord de l'Italie. Brescello est la première mairie de la région d’Emilie-Romagne dissoute pour infiltration mafieuse. Le village de Don Camillo a aussi perdu son curé, qui préférait fermer les yeux. Il a affirmé lors d'un prêche que la mafia n’était pas présente dans le village. L'évêque l'a changé de paroisse...

C'est un commercial d'une coopérative de transport de la région qui a osé briser l'omerta : Enrico Bini a dénoncé les trafics de la 'Ndrangheta, la redoutable mafia calabraise. Dans cet extrait, il revient pour la première fois à Brescello depuis le procès. Il sait que tout le village va le reconnaître. Frédérique Maillard l'a accompagné au café Peppone. Ambiance (mafieuse)…

Le café Peppone servait de QG à la 'Ndrangheta

Il faut du courage à Enrico pour venir ici. Et tout particulièrement dans ce bar. Tables rouges en terrasse, papys un rien patibulaires qui tapent le carton... le Caffè Peppone était le QG des mafieux. Il appartenait au parrain installé dans le village, Francesco Grande Aracri. "C'est le bar où le boss affirmait son pouvoir, explique Enrico Bini, un peu nerveux, sous l'œil goguenard du patron − qui se fend d'un geste peu équivoque. Il se situe juste en face de la mairie. Ça, c'était un message clair sur les liens qu'il entretenait avec la mairie."

Le patron prend la parole − et la défense de Francesco Aracri, condamné à une peine de prison : "Moi, ce qui m'énerve, c'est qu'il n'a rien fait. C'est une personne bien. Il n'a rien fait ici, à Brescello. Ni volé ni racketté. Après, ce qui s'est passé en dehors..."

Enrico Bini ne restera pas plus longtemps dans le village, pour raisons de sécurité.

Extrait de "Italie : David contre Goliath", une enquête diffusée dans "Avenue de l'Europe" le 16 novembre 2016.