L'Angle éco, France 2

VIDEO. François Lenglet : "Économiquement, la 'flat tax' est l'impôt idéal"

Système inégalitaire, départ de retraités français pour le Portugal, contrôles fiscaux et "flat tax" (ou taux unique)... François Lenglet revient sur les sujets qui vous ont fait réagir dans "l'Angle éco".

Francetvinfo

Millefeuille fiscal, "ras-le-bol" fiscal, l'Angle éco du lundi 20 avril s'est penché sur le grand bazar des impôts. Les Français y sont-ils allergiques ? Qui sont ceux qui partent, ceux qui reviennent ? Les réactions ont été nombreuses sur les réseaux sociaux, et comme après chaque numéro de l'Angle éco, François Lenglet vous répond.

Pas beaucoup de questions techniques sur la time line, mais beaucoup de réactions aux situations présentées. Et tout d'abord sur le système français.

Le système français est-il injuste ?

Pour François Lenglet, "le système est paradoxal, car si la part d'impôt payée augmente avec le montant des revenus pour que l'impôt soit plus égalitaire, il ne l'est pas [...]. Plusieurs centaines de niches fiscales permettent d'échapper aux impôts. Et donc le système devient inégalitaire, car l'essentiel des Français ne sont pas mobiles et 'prennent le système plein pot'. D'autres sont mobiles, comme les retraités, qui peuvent donc partir et toucher leur retraite ailleurs en Europe."


La "flat tax", l'impôt idéal ?

La "flat tax", c'est un taux unique d'imposition ; en Estonie, il est de 20 % des revenus pour tout le monde. Pour François Lenglet, c'est un sytème né de la chute du mur de Berlin et de la transition économique des pays communistes. En Estonie, explique le présentateur de l'Angle éco, "le gros avantage, c'est la dématérialisation et la retenue à la source. Problème : ce mode de prélèvement déresponsabiliserait le contribuable. À taux unique, vous n'êtes pas pénalisé comme par un taux progressif, où plus vous gagnez plus vous payez. D'un point de vue économique, c'est l'impôt idéal, mais si, comme en France, on considère que la société est aussi là pour réduire les inégalités, alors la 'flat tax' n'est pas l'impôt idéal."

(CAPTURE D'ÉCRAN L'ANGLE ECO / FRANCE 2)