Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Corée du Nord ou l’illusion d’un régime parfait

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. VIDEO. "Héroïne du travail" en Corée du Nord, ou l’illusion d’un régime parfait
NATHALIE TOURRET / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans "Envoyé spécial" du jeudi 16 avril, Nathalie Tourret et Julien Alric ont obtenu l’autorisation de tourner dans une usine de vêtements nord-coréenne et ont pu interroger une ouvrière. Mais pas n'importe laquelle. Car il s'agit d'une "héroïne du travail"...

Dans cette usine textile qui emploie 8 500 femmes, les équipes d’Envoyé spécial ont pu échanger avec une femme soigneusement choisie par les organisateurs du voyage, sous le contrôle du régime. C'est une "héroïne du travail", un titre honorifique qui récompense son dévouement sans limite. Mun Kang-Sun, 32 ans, a débuté dans cette usine à l’âge de 16 ans. Elle a gravi tous les échelons. Et elle est particulièrement fière de son titre d'héroïne...

"Un pays capitaliste, c’est la perte de tout"

"Cette usine a été visitée par les trois générations de nos dirigeants. Et il y a eu 16 héroïnes du travail. Donc moi aussi, j’ai voulu travailler ici et faire plaisir à nos leaders", explique-t-elle. Un discours partagé par une grande partie de la population, convaincue qu’elle doit tout à ses dirigeants. En Corée du Nord, le bien-être personnel passe par la satisfaction des responsables politiques, au premier desquels le chef suprême, Kim Jong-un.

Mun est persuadée que son sort aurait été bien plus cruel dans un pays occidental : "Je suis orpheline et je pense que dans un pays capitaliste, c’est la perte de tout. On peut être abandonné, à la rue. Ici, grâce à l’amour de notre parti et de notre général qui prend soin des gens, je m’en suis sortie."

24 millions de personnes coupées du monde

Pour la jeune ouvrière, personne n'est dans le besoin et les mendiants n'existent pas dans son pays : "Le gouvernement prend tout le monde en charge." Pourtant, lorsqu’on s’éloigne de Pyongyang, la capitale, et que l’on s’engouffre dans les campagnes, le paysage change du tout au tout. La nourriture se fait de plus en plus rare. La famine qui a frappé le pays au milieu des années 1990 n'est pas si loin...

Ce tournage inédit a permis de montrer la vie quotidienne des Nord-Coréens. Certains témoignages – comme celui-ci – donnent la mesure du degré d’embrigadement et d’isolement dans lequel l’État maintient sa population. Sur Twitter, ce reportage a suscité énormément de réactions : 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Envoyé spécial

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.