Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Comment un poissonnier d'Istanbul se fait croquer pour un carnet de voyage

"Envoyé spécial" a suivi une illustratrice dans la confection de son carnet de voyage à Istanbul. Stéphanie Ledoux sait qu'il faut sortir des sentiers battus par les touristes pour saisir la matière de son travail... Dans cet extrait, ce sera un poissonnier stambouliote fier de ses bacchantes.

Pour saisir sur le vif comment se remplit un carnet de voyage, Envoyé spécial a accompagné en Turquie une carnettiste qui a fait de sa passion un métier. Dans cet extrait, Stéphanie Ledoux vient d'atterrir dans l'ancienne Constantinople. Elle voyage léger : juste un carnet et ses crayons dans son sac à dos. Pour trouver l'inspiration, sa méthode est simple : elle s'appelle le hasard... Suivons-la dans les rues d'Istanbul.

Première halte au restaurant. Après quelques minutes d'observation, idée ! Les motifs légèrement en relief du plateau argenté sont décalqués à la mine grasse sur une feuille de papier. "Là où les gens verront dans mon carnet une rosace en gris et blanc, moi j'aurai le souvenir du bon goût des brochettes de kefta et des poivrons marinés...", philosophe la carnettiste.

Loin de la Mosquée bleue et autres lieux touristiques, Stéphanie déambule dans les quartiers populaires. Quelques pêcheurs turcs se retrouveront croqués dans son carnet. Pour le moment, c'est le visage d'un poissonnier qui retient son attention. C'est vrai qu'avec sa casquette, ses moustaches et ses grands yeux, l'homme a une vraie "tronche" bien sympathique...

Il accepte de poser au milieu de ses poissons, et en dix minutes, son portrait apparaît. C'est pour des instants et des souvenirs comme celui-ci que Stéphanie parcourt le monde, ses crayons à la main.