Envoyé spécial, France 2

Envoyé spécial du jeudi 18 février 2016

a revoir

Présenté parGuilaine Chenu, Françoise Joly

Diffusé le 18/02/2016Durée : 01h45

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Reconnaissance faciale : tous filmés, tous identifiés ?

Dans nos smartphones, nos ordinateurs, et surtout dans les lieux publics, nous nous sommes habitués à la présence des caméras. Depuis peu, elles ont appris à nous reconnaître. La technologie de la reconnaissance faciale est née dans les années 1970, mais elle n’a connu son plein essor que récemment.

La reconnaissance faciale, c’est ce qui permet d’associer votre image à votre identité, en somme de mettre un nom sur un visage. Combinée aux systèmes de vidéosurveillance, elle peut permettre d’interpeller plus vite les personnes recherchées par la police. Présentée comme la solution ultime en matière de sécurité, elle se développe dans les villes touchées par des attentats : Londres, Madrid, et peut-être bientôt Paris.

Nicolas Combalbert a enquêté en France, en Espagne, en Angleterre et aux Etats-Unis, sur une technologie révolutionnaire et intrusive. 

Une enquête de Nicolas Combalbert.

Pesticides : la malédiction du soja

Il tue les mauvaises herbes, mais il empoisonnerait le bétail et les hommes. Cancers, malformations, voici un document inédit sur un herbicide utilisé dans l'agriculture.

Un reportage de Pierre Morel et Mauricio Rabuffetti.

Un combattant contre l'islam radical  

Coran dans une main, passeport français dans l'autre, quelques jours après les attentats de novembre 2015, Mohammed Chirani s'adresse directement aux combattants du groupe Etat islamique. Une intervention en arabe, en direct, sur la chaîne d'information continue I-Télé. Il leur déclare ce qu'il appelle "le jihad spirituel et citoyen". Son intervention a été visionnée 12 millions de fois sur les  réseaux sociaux. Ce Franco-Algérien a déjà eu plusieurs vies. Qui est Mohammed Chirani ? Comment expliquer son geste ? Quelle est l'efficacité de ce contre-discours ?  

Un reportage de Laura Aguirre de Carcer et Hervé Pozzo.

Orthographe : le prix des fautes

Participes passés massacrés, accords boudés, phrases alambiquées…Trop de Français sont fâchés avec l’orthographe. Si on utilise de moins en moins la feuille et le stylo, on écrit toujours autant. Voire plus. Des écrits plus courts mais plus nombreux. Ainsi, les courriers électroniques sont devenus le principal outil d’échange avec autrui. Alors, gare aux fautes !

Fait-on trop confiance au correcteur automatique des logiciels de traitement de texte ? A trop se reposer sur ces outils, 78% des Français admettent faire des fautes d’orthographe. Comble de l’ironie, ils se disent choqués quand ils reçoivent un courrier administratif comportant une erreur ou qu’ils détectent des fautes sur un site. 

Parmi les e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients, 90% contiennent au moins une faute d'orthographe, selon une étude réalisée par TextMaster. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l'e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Au-delà de l’impact négatif sur l’image de l’entreprise, ces erreurs peuvent-elle occasionner un manque à gagner ? Pour les sociétés du web, les fautes pourraient engendrer un "bad buzz", et avoir pour conséquence la perte de contrats commerciaux. Pour remédier à ce problème, de plus en plus d’universités proposent une remise à niveau. Des cours de rattrapage pour faire la paix avec les mots.

"Envoyé spécial" s'est penché sur le coût de ces fautes. Quels sont les enjeux pour les employeurs et leurs salariés ? Peut-on réapprendre l’orthographe une fois adulte, et à quel prix ?

Une enquête d'Elise Le Bivic et Gérard Lemoine.

La rédaction d'"Envoyé spécial" vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #EnvoyéSpécial.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==