Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Vivre avec un débit d'eau réduit, un enfer quotidien

Veolia et la Saur, condamnées pour avoir réduit le débit d'alimentation en eau dans deux foyers en raison d'impayés, devront verser respectivement 4 000 et 9 000 euros aux victimes. "Complément d'enquête" du jeudi 7 septembre consacre un reportage à ce sujet, "Coupures d'eau et pompe à fric". Extrait.

Les coupures pour impayés dans les résidences principales sont interdites depuis 2013. La réduction du débit, qui empêche de mener une vie normale, est assimilée à une coupure, comme l'a rappelé le tribunal d'instance de Lens (Pas-de-Calais). Et pourtant, certains distributeurs continuent à l'appliquer à leurs clients qui sont dans l'impossibilité de régler leurs factures. Dans cet extrait de "Complément d'enquête", Nathalie Sapena s'est rendue chez Kris, une sexagénaire qui se trouve justement dans ce cas.

Depuis un an et demi, Kris vit un enfer quotidien. La réduction du débit d'eau, ça n'a l'air de rien... Mais comment faire la vaisselle avec un mince filet d'eau ? Chez Kris, elle sort péniblement du robinet à raison de 250 ml par minute, alors que le débit normal est de 12 litres par minute.

Toilette, vaisselle et lessive à l'ancienne

Pour la douche, même filet d'eau... froide, car la pression est insuffisante pour le ballon d'eau chaude. Une douche normale, c'est 60 à 80 litres à la minute... Même chose pour le lave-linge, qui prend la poussière depuis que sa propriétaire est réduite à faire sa lessive à la main. A l'ancienne, comme la toilette, dont l'eau savonneuse est recyclée pour la chasse d'eau, autre misère quotidienne... Tout ça pour une facture impayée de 220 euros.

Extrait de "Coupures d'eau et pompe à fric", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 7 septembre 2017.

eau
eau (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)