Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo "Valeurs actuelles" s'offre une nouvelle formule pour ses 50 ans

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Complément d'enquête. "valeurs actuelles' lance une nouvelle formule pour ses 50 ans

Pour fêter ses 50 ans et surfer sur ses succès de l'été (les polémiques identitaires ont boosté ses ventes), le très réactionnaire "Valeurs actuelles" s'offre une nouvelle formule. "Complément d'enquête" s'est invité dans ses locaux flambant neufs du 16e arrondissement parisien. Extrait.

L'été 2016, avec ses polémiques identitaires en chaîne ("nos ancêtres les Gaulois", le burkini...), a fait les affaires de Valeurs actuelles. Les ventes de l'hebdomadaire aux unes chocs, porte-parole d'une droite dure, se sont envolées.

"Complément d'enquête" s'est invité dans ses locaux flambant neufs du 16e arrondissement. L'équipe entonne des chansons à boire pour fêter ses succès de l'été (le numéro double s'est vendu à 50 000 exemplaires) et les 50 ans du magazine. Une nouvelle formule est lancée pour l'occasion. Une maquette "plus épurée", mais la ligne éditoriale reste la même... 

Un "magazine engagé" et sans tabou

Quelques verres plus tard, Yves de Kerdrel, directeur général du groupe Valmonde qui possède le titre, se dit fier de son "magazine engagé" et se réjouit que "ses idées gagnent du terrain". Geoffroy Lejeune, le tout jeune directeur de la rédaction (28 ans), se flatte que son équipe "s'empare des sujets qui font le plus mal" : "On a aussi un peu de courage ! La polémique du burkini, tout le monde en parle, on est les seuls à faire une couve là-dessus !"

La rédaction a aussi accueilli récemment quelques transfuges comme ce journaliste de l'Express. Tugdual Denis avoue que "c'est plus compliqué, dans un dîner, de dire 'salut, je bosse à Valeurs actuelles'. Mais il trouve "excitant" de "participer au laboratoire journalistique" et de "donner son avis sur les couves"...

Les "couves" de Valeurs actuelles... Pour rappel :

Extrait de "Valeurs actuelles : les nouveaux croisés"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.