Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Robert Ménard, provocateur sans frontières

a revoir

Présenté parNicolas Poincaré

Diffusé le 18/06/2015Durée : 01h10

Voir la vidéo

Armer la police municipale, lutter contre les paraboles et le linge aux fenêtres, dénoncer cette France multiculturelle. Robert Ménard, le maire de Béziers, s'est fait une spécialité de briser les tabous. La provocation, c'est depuis longtemps la marque de fabrique de cet ancien journaliste anonyme, devenu puissant patron de Reporters Sans Frontières. Portrait d'un ancien gauchiste passé à la droite de la droite. 

Robert Ménard a déclenché une véritable polémique en mars dernier lors de l'émission Mots croisés sur France 2. Il expliquait alors avoir établi des statistiques ethniques au sujet des enfants de sa commune. Une enquête a été ouverte dès le lendemain de ses propos, qui ont soulevé l'indignation, notamment des parents d'élèves de Béziers. "La gauche n’a pas de leçon à donner sur les statistiques ethniques, a-t-il lancé pour défendre son action. Je vous rappelle que Manuel Valls était favorable aux statistiques ethniques. Il a même dit qu'il allait présenter un projet de loi." Le maire de Béziers fait allusion à cette phrase de Manuel Valls, alors maire d'Évry, en 2009, sur le "manque de 'Blancos' dans sa ville".

Pourquoi compter le nombre d'enfants musulmans dans les écoles ? "Ça sert à prendre les bonnes mesures, explique Robert Ménard. Je veux des écoles avec des mélanges. Pour pouvoir mélanger, il faut le savoir." Pour lui, il y a des "seuils de tolérance". "À un moment donné, on fait fuir, dans les quartiers, dans les écoles, tous les gens qui ne viennent  pas de ce milieu-là", explique le sulfureux maire de Béziers. Mais, ajoute-t-il, "je n'ai jamais employé le mot de 'fiche', 'fichier' et encore moins de 'fichage'. Les listes qu'on a, ce sont les listes que nous fournit l'Éducation nationale." 

Un reportage de Jean-Marie Lequertier, Michel Pignard, Matthieu Fauroux, Vincent Piffeteau, Thierry Mongellaz, Richard Pawelec et Antonin Fajon.

 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==