Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Complément d'enquête. L'Ange bleu, l'association qui met face à face pédophiles et victimes

La France est en retard dans la prise en charge de la pédophilie. Pour répondre aux besoins des victimes, mais aussi des pédophiles, une ancienne victime a fondé une association, L'Ange bleu. "Complément d'enquête" a assisté à un groupe de parole. Extrait.

Voir la vidéo

En France, les adultes qui se sentent malgré eux attirés par les enfants sont plutôt démunis, comme Paul, dans cet extrait de "Complément d'enquête" du 31 mars 2016. Après trois tentatives de suicide, il trouve enfin une porte où frapper.

C'est L'Ange bleu, une petite association qui a mis en place des groupes de parole. Sa fondatrice, Latifa Bennari, 65 ans, n'est ni thérapeute ni psychiatre, mais une ancienne victime, violée enfant par un ami de son père. Depuis vingt ans, elle réunit un samedi par mois des pédophiles et des victimes autour de sa table. Pour elle, c'est "le dialogue avec les victimes [qui] représente le meilleur garde-fou".

"C'est en aidant les pédophiles que l'on protège les enfants"

Latifa a des dizaines de demandes en attente. Elle reçoit surtout des pédophiles abstinents, mais ce samedi-là, l'un des participants est déjà passé à l'acte. L'échange avec quatre victimes de pédophilie dure cinq heures et fait l'effet d'une révélation pour l'homme en attente de jugement. Son "système de mensonge" pour croire à une relation consentie a volé en éclats. S'il avait trouvé un tel groupe de parole plus tôt, dit-il, il n'aurait "pas pu mettre en place ce système de leurre".

Pour Latifa, il est indispensable d'écouter et d'aider les pédophiles : "C'est comme ça que l'on protège les enfants." Un travail éprouvant de confession et d'écoute, que Latifa mène seule dans son salon, bénévolement, sans aucune subvention.

Vos réactions sur Twitter :

Extrait de "Pédophiles : la parole impossible", un reportage diffusé dans "Complément d'enquête. Scandales pédophiles : des secrets bien gardés" le 31 mars 2016.