"Complément d'enquête". Crack, quand la drogue dure

Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis une trentaine d'années, le trafic de crack empoisonne la vie des Parisiens. Qui sont les dealers ? D’où viennent-ils ? Pourquoi les autorités semblent-elles incapables d’endiguer ce trafic ? En France et au Sénégal, "Complément d’enquête" a recueilli des témoignages rares et édifiants, au plus près des trafiquants et des consommateurs.

Le 5 octobre 2022, au petit matin, des centaines de policiers sont déployés square Forceval, dans le 19e arrondissement de Paris pour démanteler le camp de consommateurs de crack installé là depuis un an. Leur mission a été directement ordonnée par le ministre de l’Intérieur : Gérald Darmanin l’assure, l’évacuation est "définitive". Depuis plusieurs semaines, il multiplie les opérations de communication sur le sujet, promettant l’éradication du trafic en un an.

Le crack à Paris serait donc bientôt de l’histoire ancienne ? Ni les riverains ni les associations ne semblent y croire. Et pour cause, de déplacements de camps en faits divers tragiques, cela fait bientôt trente ans que le trafic empoisonne la vie de la capitale et de ses habitants. Qui sont les dealers ? D’où viennent-ils ? Et pourquoi les autorités semblent-elles incapables d’endiguer ce trafic ? En France et au Sénégal, "Complément d’enquête" a recueilli des témoignages rares et édifiants, au plus près des trafiquants et des consommateurs.

Préfecture, mairie, ministères de l’Intérieur et de la Santé se renvoient la balle

Nos équipes ont remonté toute la filière jusqu’à Louga, une ville sénégalaise d’où la majorité des dealers sont originaires. Là-bas, les candidats au départ sont nombreux pour fuir le chômage et la pauvreté : certains viennent en France vendre des porte-clés au pied de la tour Eiffel, d’autres du crack dans le nord de Paris.

A Paris, nous avons suivi le combat des riverains pour tenter d’alerter les autorités publiques sur leur quotidien, les incivilités et la violence. Depuis des années, préfecture de police, mairie de Paris, ministères de l’Intérieur et de la Santé se renvoient la balle. Qui est responsable ? "Complément d’enquête" sur un insoluble trafic.

Une enquête d’Eloïse Layan, Nicolas Bertrand et Kilian Le Bouquin avec Caravelle productions. 

Dans les fauteuils rouges : le Dr Elisabeth Avril, directrice de salle de consommation à moindre risque.

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Parmi nos sources

- Sur le trafic de crack et cocaïne :

   • Principaux résultats de l'étude crack en Ile-de-France, Observatoire français des drogues et des tendances addictives, Inserm (2021).
   • Rapport sur les routes de la cocaïne, Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC).
   • Compte rendu de l'Observatoire citoyen de la toxicomanie, sur le rôle de la justice (2021).
   • Les figures du "cracker" et du "modou", dans "Incursions ethnographiques sur les territoires du crack à Paris", analyse d'une sociologue (2021).

- Sur le plan crack :  

   • La mise en œuvre du "plan crack" à Paris, Audit flash de la Cour des comptes (2021).
   • Le protocole de mise en œuvre, Agence régionale de santé Ile-de-France (2019).
   • Nouvelles propositions des associations, Fédération Addiction (2022).

- Sur les salles de consommation à moindre risque :   
   • Le rapport du Sénat, avis sur la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2021).

- Sur la ville de Louga au Sénégal :
   • "Fastes et misères de la migration à Louga", article du portail d'informations SenePlus  (2020).
   • "Louga, Sénégal : représentations autour de la migration auprès d’une communauté d’origine", rapport de recherche université de Genève.

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.