Vidéo Les Renseignements généraux ont espionné le couple Montand-Signoret pendant des dizaines d’années

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
VIDEO. Les Renseignements généraux ont espionné le couple Montand-Signoret pendant des dizaines d’années
Article rédigé par
France Télévisions

Artistes engagés dans de nombreuses luttes en France et dans le monde, Yves Montand et Simone Signoret ont vécu sous le regard très attentif des services de renseignement français... Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 6 septembre 2020.

Les faits et gestes du couple formé par Yves Montand et Simone Signoret ont été méticuleusement consignés pendant une quarantaine d’années par l’Etat français. La preuve de cet espionnage se trouve aujourd’hui aux archives de la préfecture de police de Paris dans un dossier de soixante-dix pages consulté par le magazine "13h15 le dimanche" (replay).

A l'intérieur, il y a des "notes blanches" des Renseignements généraux [des documents sans en-tête, ni date, ni référence] retraçant les engagements politiques d’Ivo Livi et Simone Kaminker. Les agents des RG ont tout noté, même leurs commentaires grivois sur la vie privée des deux artistes : "Coureur de jupons" ; "Serait une femme facile".

L’inspecteur 88 note tout

Selon la tradition professionnelle des services de renseignement, fondée sur la discrétion et l’anonymat, aucun nom ne signe sur ces fiches. Un matricule revient cependant très souvent en haut des documents, celui de l’inspecteur 88, un fin limier sans doute de la police.

Le policier en charge de cette surveillance prend ainsi en filature Yves Montand et Simone Signoret pendant des dizaines d’années. L’agent note ainsi que les intéressés "passent pour avoir des attaches  avec le Parti communiste"… Il sont alors, dans les années cinquante des "compagnons de route" du PCF… jusqu’à leur prise de conscience de la réalité du stalinisme.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.