Guerre entre Israël et le Hamas : "il y a vraiment une volonté de punir les Palestiniens" selon une politologue

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Guerre entre Israël et le Hamas : “il y a vraiment une volonté de punir les palestiniens” selon une politologue
Guerre entre Israël et le Hamas : “il y a vraiment une volonté de punir les palestiniens” selon une politologue Guerre entre Israël et le Hamas : “il y a vraiment une volonté de punir les palestiniens” selon une politologue (France Info)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Le 27 décembre, six personnes ont trouvé la mort en Cisjordanie occupée après un raid israélien, de nombreuses autres ont été blessées. Myriam Benraad, politologue et spécialiste du monde arabe était l’invitée du 12/13 du mercredi 27 décembre.

Si Israël s’attaque à la Cisjordanie occupée, c’est qu’ "il y a vraiment une volonté de punir les palestiniens pour les attaques du 7 octobre", selon Myriam Benraad, politologue et spécialiste du monde arabe. "On est encore dans cette logique malgré les nombreux appels à l’échelle de la communauté internationale pour une désescalade", rappelle-t-elle. "Cette extension du conflit, naturelle, vers la Cisjordanie est très inquiétante, d’autant plus que nous avons entendu le porte-parole du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou notamment, n’articule aucun plan politique pour l’après." Elle se dit inquiète des prises de positions "hermétiques" d’Israël alors que la situation devient "hors de contrôle."

"Je ne pense pas que la communauté internationale a renoncé"

Elle dénonce une dégradation des conditions de vie dans la bande de Gaza qui sont devenues "plus que précaires, insupportables". Myriam Benraad rappelle la promesse initiale de Tsahal de se concentrer sur le nord de Gaza. "Finalement on voit que toute l’enclave est touchée et que les populations n’ont aucun refuge", souligne-t-elle. Les États-Unis tendent, de plus, selon elle à "justifier cette situation catastrophique". "Les Nations unies jouent tout de même en partie leur avenir dans cette histoire donc je pense qu’il y aura de nouveaux appels au cessez-le-feu". Elle souligne enfin l’impact possible de l’opinion publique israélienne qui voit dégénérer cette riposte "faite au départ pour libérer les otages."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.