Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, fiché S, était déjà connu de la justice

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, fiché S, était déjà connu de la justice
Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, fiché S, était déjà connu de la justice Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, fiché S, était déjà connu de la justice (France Info)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Armand R., l'assaillant qui a tué un touriste allemand dans le quartier de Bir Hakeim, samedi 2 décembre, a été placé en garde à vue. Déjà condamné en 2016 et fiché S, il était en contact avec d'autres terroristes, parmi lesquels le meurtrier de Samuel Paty ou encore Larossi Abballa, l'homme coupable d'avoir tué un couple de policiers à Magnanville.

Presque 24 heures, après son arrestation, le profil de l’assaillant se dessine. Armand R, 26 ans étudiant en BTS. Le français d'origine iranienne était connu de la justice. Fiché S pour radicalisation, il avait déjà été condamné à quatre ans de prison ferme en 2016. À l'époque, il projetait d'organiser une attaque violente dans le quartier de la Défense. Il a depuis été placé sous contrôle judiciaire et était aussi suivi pour des troubles psychiatriques importants. Il aurait arrêté de prendre son traitement l'année dernière avec l'accord de son médecin.

Des relations avec d'autres terroristes

Autres détails inquiétants, Armand R. était en contact avec plusieurs autres terroristes via les réseaux sociaux. En 2020, peu après sa sortie de prison, il est placé en garde à vue après l'assassinat de Samuel Paty. Il s’était lui-même présenté au commissariat avançant qu'il échangeait avec le tueur du professeur. Il y a quelques années, il discutait aussi avec Adel Kermiche, l'un des auteurs de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray. Il avait aussi entretenu en lien avec Larossi Abballa, le meurtrier d’un couple de policiers à Magnanville en 2016. La DGSI surveillait ses actions sur Internet, mais aucune activité inquiétante n'avait été repérée ces derniers mois. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.