Accord sur les otages entre Israël et le Hamas : pour les familles, une attente insoutenable

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Les premiers otages devraient être libérés dans l'après-midi du vendredi 24 novembre, dans le cadre de l'accord de trêve conclu entre Israël et le Hamas. Pour les familles d'otages, l'attente devient insupportable.
Accord sur les otages entre Israël et le Hamas : pour les familles, une attente insoutenable Les premiers otages devraient être libérés dans l'après-midi du vendredi 24 novembre, dans le cadre de l'accord de trêve conclu entre Israël et le Hamas. Pour les familles d'otages, l'attente devient insupportable. (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Les premiers otages devraient être libérés dans l'après-midi du vendredi 24 novembre, dans le cadre de l'accord de trêve conclu entre Israël et le Hamas. Pour les familles d'otages, l'attente devient insupportable.

Après l'inquiétude et l'attente, les familles d'otages entrevoient un espoir, vendredi 24 novembre, avec une libération dans les prochaines heures ou les prochains jours. Mais une nouvelle angoisse les gagne. Leurs proches seront-ils parmi les premiers libérés ? "L'attente est difficile. Cela fait déjà 48 jours que nous sommes dans l'incertitude et le sentiment d'impuissance", témoigne un membre d'une famille d'otage. Jeudi soir, Israël a reçu la liste des otages libérés vendredi. Il s'agit de femmes et d'enfants de moins de 19 ans, selon les informations envoyées par le Qatar.

150 prisonniers palestiniens libérés

Les familles, qui se sont réunies jeudi soir pour rendre hommage à leurs proches, ont toutes été contactées. Certaines n'ont pas reçu la nouvelle espérée. "Mon frère a 22 ans, il est jeune. Il ne sera probablement pas parmi les premiers libérés. Ça nous fait de la peine. On craint toujours pour sa vie. On ne sait rien de son état de santé", déplore le frère d'un otage. De son côté, Israël a diffusé une liste de 300 prisonniers palestiniens, parmi lesquels 150 seront libérés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.