Indépendance : les Catalans mènent le bras de fer avec Madrid

Un référendum d'autodétermination est prévu dimanche 1er octobre en Catalogne. Le gouvernement espagnol multiplie les mesures pour empêcher la tenue du scrutin qu'il juge illégal.

Le drapeau de l'indépendance fièrement brandi et des slogans qui résonnent partout dans Barcelone (Espagne). "Nous voterons l'indépendance", crie la foule et elle a son héros : David Rodriguez, maire d'une petite ville qui défie Madrid. On l'embrasse, on l'acclame, car il vient de déclarer devant un juge qu'il organisera le vote du dimanche 1er octobre, pourtant illégal.

700 maires vont contourner l'interdiction

Comme David Rodriguez, 700 maires vont malgré les menaces ouvrir des bureaux de vote dimanche. Pourtant, la garde civile, envoyée par Madrid, fait tout pour empêcher le scrutin. Elle multiplie, par exemple, la saisie de bulletin de vote. Déjà dix millions ont été confisqués.

Face aux villes pro-indépendance, il y a celles aussi qui ont cédé aux pressions de Madrid comme Esplugues. Dans cette ville de 45 000 habitants, la maire Pilar Diaz n'organisera pas de référendum.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestantes brandissent le drapeau catalan, devant le palais de justice de Barcelone (Catalogne, Espagne), le 22 septembre 2017.
Des manifestantes brandissent le drapeau catalan, devant le palais de justice de Barcelone (Catalogne, Espagne), le 22 septembre 2017. (JON NAZCA / X02457)