VIDEO. Christophe de Margerie : un patron atypique

Christophe de Margerie était l’un des patrons les plus atypiques de France. Sans doute aussi l’un des plus influents. Mort mardi 21 octobre à 63 ans, une équipe de France 3 brosse son portrait.

France 3

Entré chez Total comme stagiaire en 1974, il gravit ensuite tous les échelons et prend la direction du groupe en 2007. " C’est une personnalité d’une richesse exceptionnelle, très attachante. Je perds un ami, la société perd un dirigeant d’une qualité exceptionnelle ", a déclaré Thierry Desmarest, président d’honneur de Total, au micro de France 3.

" Quelqu’un qui n’avait pas la langue de bois "


En 2010, Christophe de Margerie décide de fermer la raffinerie de Dunkerque. Une expérience qui laissera des traces dans la tête du patron. "On découvre en France les fleurons le jour où ils partent. Avant c’est de la merde, mais le jour où ça part, c’est un fleuron. Nos raffineries, personne ne les aime, mais le jour où on les ferme, qu’est-ce qu’elles sont belles ", a-t-il déclaré dans un documentaire bientôt diffusé sur France 3,  "La France des grands patrons ".

Christophe de Margerie n’a jamais mâché ses mots et était réputé pour son franc-parler. Souvent en désaccord avec lui, notamment sur la question du gaz de schiste, José Bové dit de lui : "On échangeait des arguments, mais au moins c’était quelqu’un qui n’avait pas la langue de bois. On était dans un débat franc."

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le PDG de Total, Christophe de Margerie, le 28 janvier 2014 à Paris.
Le PDG de Total, Christophe de Margerie, le 28 janvier 2014 à Paris. ( MAXPPP)