Parti socialiste : de scission en scission

Olivier Faure, le premier secrétaire du parti socialiste met en garde "contre la tentation du populisme de gauche" lors d'un conseil national qui a eu lieu samedi 13 octobre. Il a réagi au départ de plusieurs figures du PS.

France 3

Marie-Noëlle Lienemann est venue leur dire qu'elle s'en allait. Elle quitte donc à son tour le parti socialiste. "J'en avais assez d'être dans un parti qui ne veut pas bouger", confie-t-elle. Quarante-sept ans au pouvoir et puis s'en va. Comme vendredi 12 octobre, Emmanuel Maurel, député européen sortant. Ensemble, ils veulent fonder un parti, se rapprocher de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, sans doute pour figurer sur sa liste européenne.

Une renaissance du parti socialiste ?

Alors ces départs sont-ils des trahisons ? Le mot n'est pas employé par Boris Vallaud. Mais d'autres sont un peu moins langue de bois, comme Hussein Bourgi qui estime lui, que Marie-Noëlle Lienemann "fait un bras d'honneur au parti socialiste". Olivier Faure, le premier secrétaire lui, relativise, minimise les défections mais ne mâche pas ses mots à l'encontre d'Emmanuel Maurel. "Je l'ai écouté à Marseille (Bouches-du-Rhône), il y a quelques semaines, quand il préparait déjà son départ. Il justifiait déjà le souverainisme, le populisme, parce qu'il est habile", dit-il. Olivier Faure mise toujours sur une renaissance du parti socialiste malgré tous les départs passés, présents, futurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure pose à la \"Fête de la Gauche\" le 8 septembre 2018 à  Le Relecq-Kerhuon (Finistère).
Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure pose à la "Fête de la Gauche" le 8 septembre 2018 à  Le Relecq-Kerhuon (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)