Aubervilliers : la communauté chinoise pousse un cri d'alarme

La communauté chinoise d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) se mobilise. En 2016, un couturier de 49 ans avait été sauvagement agressé en pleine rue.

FRANCE 3

L'émotion est toujours intacte. La communauté chinoise d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) s'est rassemblée ce lundi 7 août, un an après le meurtre sauvage de Zhang Chaolin. Derrière l'hommage, la communauté pousse un cri d'alarme. Les attaques contre les Chinois en région parisienne continuent. "Ma mère s'est fait agresser à Belleville il y a pas longtemps. Je sais que quand elle a porté plainte elle s'est effondrée. Ce n’est pas le bien matériel, mais c'est juste la blessure psychologique que cela représente", témoigne une jeune femme.

Des effectifs de police renforcés

Depuis quelques mois, les habitants d'Aubervilliers s'organisent. Le soir, certains trouvent des stratagèmes pour rentrer chez eux. "C'est quand même aberrant que quand on rentre à la maison, on ait besoin de courir tout seul", déplore Rui Wang, de l'association "Jeunes chinois de France". Pourtant, les effectifs de la police ont été renforcés ces derniers mois. Selon les autorités, les agressions physiques depuis janvier 2017 sont en baisse. À Aubervilliers, le sentiment d'insécurité ne s'éteint pas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une habitante d\'Aubervilliers rend hommage à Zhang Chaolin sur le lieu de son agression, le 14 août 2016.
Une habitante d'Aubervilliers rend hommage à Zhang Chaolin sur le lieu de son agression, le 14 août 2016. (DENIS MEYER / HANS LUCAS)