VIDEO. Tempête Xynthia : 4 ans de prison requis contre l’ex-maire de La Faute-sur-Mer

Après quatre semaines de débats, le ministère public a fait ses réquisitions mercredi au procès de la tempête Xynthia, qui a fait 29 morts à La Faute-sur-Mer (Vendée) en février 2010.

FRANCE 3

Tout au long du procès, l'ancien maire de la station balnéaire, René Marratier, s’est présenté comme un homme seul aux moyens limités. 

"La douleur de ma souffrance est inscrite jusqu’au plus profond de moi-même", avait-il confié au micro de France 3 au tout début des débats. Il est accablé mais il ne se sent pas responsable. "J’ai fait ma mission de maire", continue-t-il de dire.

Il a expliqué que personne à la préfecture ne l’a prévenu de l’imminence de la catastrophe. "Encore une fois, nous avons la démonstration que l’Etat n’a pas joué son rôle dans cette affaire", a expliqué son avocat, Me Didier Seban.

Peines de prison ferme requises

L’ancien maire rejette également sur l’Etat la responsabilité des constructions en zone inondable.

"C’est la grande défense, c’est la faute de l’Etat", rétorque Me Corinne Lepage, l’avocate des victimes, "c’est vrai que la DDE (direction départementale de l’équipement) n’a pas été brillante, entre nous soit dit, mais il n’en demeure pas moins qu’il faut bien comprendre que dans ces conventions, le service de l’Etat agit comme si c’était un agent de la commune, c’est une mise à disposition gratuite pour les petites communes, et donc la responsabilité est celle de la commune".

En fin de matinée, le procureur de la République, Gilbert Lafaye, a réclamé à l'encontre de l'ancien maire quatre ans de prison, dont trois ferme, et 30 000 euros d'amende. Pour l’ex-adjointe à l’urbanisme, Françoise Babin, il a requis trois ans de prison, dont deux ferme, et 50 000 euros d'amende.

Le jugement est attendu le 12 décembre.

Le maire de La Faute-sur-Mer (Vendée), René Marratier, aux Sables-d\'Olonne, le 13 avril 2011.
Le maire de La Faute-sur-Mer (Vendée), René Marratier, aux Sables-d'Olonne, le 13 avril 2011. (FRANK PERRY / AFP)