VIDEO. Comment un lobby opposé aux 80 km/h tente de s'inviter dans le grand débat

Le grand débat national, ce sont des dizaines de réunions dans toute la France, mais pas seulement, c'est aussi un site web où tout le monde peut s'exprimer. Nous nous sommes plongés dans les centaines de milliers de propositions des internautes, et avons découvert comment certains tentent d'orienter le débat.

Le grand débat porte bien son nom. Entre le 15 et le 31 janvier, il y a déjà eu 550 000 réponses en ligne, dont 140 521 contributions. Pour lire ces 36 millions de mots, à raison de 8 heures de travail par jour, il faudrait onze mois. C'est un peu long, alors on a trouvé un moyen plus rapide avec l'aide de l'association Code for France pour analyser les titres de ces contributions.

Dans le palmarès, les Français parlent d'abord de taxes. Le mot "impôts" est le plus cité. Quand on y ajoute "fiscalité" et "fiscale", on totalise 17 214 contributions, soit 12% du total. En numéros 2 et 3 apparaissent les mots "stop" et "80", en référence à la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes. Un hasard ? Pas sûr... 

"J'ai repris le texte envoyé par mail"

En y regardant de plus près, on s'aperçoit que les deux tiers de ces plus de 8 000 contributions sur les 80 km/h contiennent la même phrase : "Laissez-nous adapter notre vitesse aux conditions de circulation". Le texte a été recopié des milliers de fois par des internautes inscrits sur le site du grand débat. Nous avons retrouvé l'un d'eux, il souhaite rester anonyme : "C'est la Ligue des conducteurs qui m'a envoyé un mail, en me disant 'profitez du grand débat pour faire savoir si vous n'êtes pas d'accord avec la limitation à 80km/h'. J'ai utilisé le mode d'emploi que m'avait envoyé la Ligue des conducteurs et j'ai repris leur texte."

Il s'agit donc d'une campagne de communication. A l'origine, un courriel envoyé le 24 janvier par la Ligue de défense des conducteurs à ses membres avec ce message : "Il vous suffit de copier-coller la réponse suivante : 'Laissez-nous adapter notre vitesse aux conditions de circulation'."

"Le prix à payer pour accéder à cette parole"

De quoi gonfler le nombre de contributions sur les 80 km/h. Nous aurions souhaité questionner la Ligue de défense des conducteurs sur cette intrusion dans le débat. Ses porte-parole n'ont pas souhaité nous répondre. Mais pour l'entreprise Cap Collectif, qui a conçu le site web du grand débat, il vaut mieux que le lobbying se fasse au grand jour sur sa plateforme en ligne, plutôt que dans l'ombre : "Si on ne veut pas accepter ces phénomènes, déclare Cyril Lage, son confondateur, alors il ne faut pas faire de participatif car c'est le prix à payer pour accéder à la parole de tous les autres, qui ne vont pas forcément se rallier à ces lobbies."

Au gouvernement d'arbitrer entre les contributions individuelles et celles qui sont téléguidées. L'organisme qui s'occupera de la synthèse de ces millions de messages n'a pas encore été désigné, on lui souhaite bon courage !

Pour aller un peu plus loin sur les données que nous avons collectées, rendez-vous sur le site de notre data-journaliste.