VIDEO: Extinction des enseignes lumineuses la nuit: les commerçants pas au courant?

Depuis le 1er juillet dernier, les commerçants doivent éteindre leurs enseignes après 1h du matin. L'objectif: réduire la pollution lumineuse. Les commerçants ont-ils adopté le bon réflexe ? On a ouvert l’œil… toute la nuit !

Voir la vidéo

Les lumières de la ville, c’est bien joli, mais pas très bon pour l’environnement. Alors depuis le 1er juillet dernier, toutes les enseignes lumineuses doivent être éteintes entre 1h et 6h du matin, ou au plus tard 1h après que l'activité a cessé. Un simple coup d'oeil de nuit pour se rendre compte que la loi n'est pas totalement respectée.

A Grenoble, la Fédération de protection de la nature de Rhône-Alpes (FRAPNA) s’est lançée dans la chasse à la pollution lumineuse. Passé 1h du matin, des militants arpentent les rues une à une pour repérer les enseignes restées éclairées toute la nuit. Ici, un néon bleu éclaire le trottoir, là une lumière verte illumine la rue... opticiens, boutiques de vêtements, petits commerces, grandes chaines... en quelques jours, les militants ont repéré une centaine d'enseignes allumées toute la nuit.

A chaque commerçant, ils enverront un rappel de la loi et des enjeux : réduire la consommation d'électricité et protéger la faune. Sur l'une des vitrine, qui brille tel un flash dans la nuit, une mante religieuse est comme aimantée par la lumière. "Ce n'est pas banal une mante religieuse collée de nuit à une vitrine dans Grenoble" explique Hélène Foglar, chargée de mission à la FRAPNA Isère.

Le problème, c'est que c'est un signal de lumière du jour. Il y a beaucoup d'oiseaux qui migrent la nuit et qui sont perturbés par ces grandes agglomérations éclairées, ça les dévie de leur trajectoire de migration, ça détruit les insectes, ça perturbe plein d'espèces.

Hélène Foglar - Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

Retard à l'allumage

Alors ignorance ou mauvaise volonté ? Que répondent les commerçants? Dans cette boutique de baskets, l'un des vendeurs joue la transparence: « On n'était pas informés, je regrette", se justifie le commerçant. Mais pourquoi garder son enseigne éclairée toute la nuit? "C'est plus attractif", concède-t-il. "Il y a du passage la nuit, il y a des boites, des clubs dans la rue... »

Beaucoup de commerces invoquent un problème technique, une minuterie qui dysfonctionne… D’autres concèdent un petit retard à l’allumage, comme la boutique Nespresso. Le groupe dit avoir pris des mesures dans ses boutiques dés 2013 mais à Grenoble, "l’intervention d’un technicien électrique et d'ores et déjà programmée afin de se conformer au plus vite à cette nouvelle obligation".

Le décret qui s’applique aujourd’hui date pourtant de 2012. Petits commerces et grands groupes ont eu un délai de 6 ans pour s’adapter. Tous encourent jusqu’à 7500 euros d’amende et c’est à la mairie de les contrôler. Mais à Grenoble, on préfere pour le moment la pédagogie à la répression : « Verbaliser ça veut dire qu’on envoie la police municipale en soirée faire des relevés. On trouve que c'est plus logique que la police s’occupe des personnes plutôt que des enseignes lumineuses", explique l'adjointe au maire EELV Lucille Lheureux, en charge de de l'espace public et de la nature en ville.

A Grenoble, mais aussi à Paris, dans les quartiers d’affaires ou dans certaines zones commerciales, partout en France, nous avons fait le même constat: des enseignes encore éclairées. C’est visiblement la tolérance qui prime dans ces villes aussi en attendant qu’enfin, tout le monde soit au courant!

Plus de précisions: Guide pratique - La règlementation de la publicité extérieure

L\'oeil du 20h
L'oeil du 20h (L'oeil du 20h)