VIDEO. A Montauban, malgré la canicule, la mairie refuse d'ouvrir un centre pour SDF

A Montauban, depuis lundi les températures battent des records. Quarante degrés à l’ombre aujourd’hui. Jusqu’à hier, l’ouverture d'un centre tout juste aménagé pour accueillir des sans-abris était bloqué par la mairie. Récit d’un bras de fer qui a duré plus d’un mois.

C’est un îlot de fraîcheur au coeur d’une des villes les plus chaudes de France. Un nouvel accueil de jour pour les SDF dont l'aménagement a coûté 200 000 euros à l’Etat. 

Salon, douches, réfectoire... l’inauguration aurait dû avoir lieu le mois dernier, comme le prévoyait le chef de service du centre Accueil Montauriol, Marc Pontier : "Etant donné que ce lieu est prêt à accueillir, qu’il y a des salariés payés, que des bénévoles sont impliqués, qu’il y a tout pour le faire fonctionner, je ne comprends pas ce qui bloque".

Le blocage serait administratif. Les pompiers chargés de vérifier les normes de sécurité ont été dessaisis du dossier par la maire, Brigitte Barèges (LR). Et dans un courrier adressé au propriétaire, la ville s’oppose au nouvel aménagement du site, invoquant notamment un sol argileux à risque.

Hier, au conseil municipal, Brigitte Barrège a lu un communiqué de presse dans lequel elle se dit victime d'une polémique inutile. Nos questions en revanche, sont restées pour la plupart sans réponse : "Des sans-abri il y en a beaucoup, et d'ailleurs on aide déjà une association (Relience 82) à hauteur de 100 000 euros", nous a-t-elle répondu en prenant soin d'éviter le dossier du centre Accueil Montauriol. 

Pourtant avec ces fortes chaleurs, le centre d’accueil aurait été bien utile aux sans-abri : "On va dans les parcs, on traîne à droite à gauche, on va à l’autre accueil, c’est overbooké, ce centre c’est une nécessité" nous a confié Thierry, qui vit dans la rue depuis deux ans. 

Le Préfet de Tarn-et-Garonne, Pierre Besnard, en a eu assez d’attendre l’aval de la maire de Montauban. Il a réquisitionné hier après-midi le bâtiment, pour permettre son ouverture en urgence : "Le maire a refusé l’ouverture, ça la regarde mais moi je devais agir vite et avec humanité parce que la canicule nous impose de réagir".

Le préfet a aussi saisi le tribunal administratif en référé pour contester le refus de la mairie d’ouvrir le centre. En attendant le jugement, les sans-abri peuvent profiter du bâtiment réquisitionné jusqu’à la fin de l’été, avant, espèrent-ils, une autorisation définitive.  

Le JT
Les autres sujets du JT