Nigéria : des fillettes kamikazes

Au Nigéria, deux kamikazes ont fait exploser leur ceinture dans un marché très fréquenté hier, dimanche 11 décembre. Les enquêteurs ont découvert qu'il s'agissait de fillettes de sept ou huit ans.

France 2

Elles avaient sept ou huit ans, pas plus. Sur ce marché, à Maiduguri, ceux qui les ont aperçus pensaient qu'elles cherchaient leur mère. Insoupçonnables, jusqu'à la double explosion, hier, dimanche 11 décembre. Ce double attentat, un mort, 18 blessés, porte la signature du groupe terroriste Boko Haram dont une attaque suicide sur cinq est menée par un enfant.

Des anciens otages de Boko Haram

Janvier 2015 déjà, dans cette même ville, berceau des jihadistes nigérians, une fillette de dix ans se fait exploser, 19 morts. Pourquoi utiliser des filles kamikazes ? Sont-elles endoctrinées, droguées ? Sont-elles utilisées pour frapper les esprits ou accéder plus facilement au lieu des attentats ? Seule certitude pour les organisations humanitaires, les jeunes filles kamikazes étaient pour la plupart des anciens otages de Boko Haram. Plusieurs milliers de femmes et d'enfants sont toujours retenus par les jihadistes dans le nord-est du pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
Au Nigéria, deux kamikazes ont fait exploser leur ceinture dans un marché très fréquenté hier, dimanche 11 décembre. Les enquêteurs ont découvert qu\'il s\'agissait de fillettes de sept ou huit ans.
Au Nigéria, deux kamikazes ont fait exploser leur ceinture dans un marché très fréquenté hier, dimanche 11 décembre. Les enquêteurs ont découvert qu'il s'agissait de fillettes de sept ou huit ans. (France 2)