Location d'appartement : débordées, certaines agences ne publient plus d'annonces

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Location d'appartement : débordées, certaines agences ne publient plus d'annonces
Article rédigé par France 2 - C.Adriaens-Allemand, D.Brignand, F.Simoes, R.Chapelard, G.Liaboeuf
France Télévisions
France 2
De moins en moins d'appartements sont disponibles à la location en France, alors que la demande ne cesse d'augmenter. Pour éviter d'être submergées d'appels, certaines agences immobilières adoptent des mesures radicales.

Face à un marché extrêmement tendu, certaines agences ne publient plus d'annonces pour leurs appartements en location ou ne les laissent en ligne que peu de temps. C'est le cas de Romy Stepniewski, dirigeante de l'agence Avenue Paris. "On a pas mal de demandes sur les studios, donc effectivement, on proposera aux clients qui sont en recherche depuis longtemps, qui ont des très bons dossiers", explique-t-elle. Certains appartements sont donc pris avant même d'avoir été rendus par les précédents locataires.

Trois fois plus de candidatures pour une location 

À l'échelle du pays, le nombre d'annonces de locations a baissé de 30% depuis septembre. Submergées par les appels dès qu'elles mettent en ligne un bien, certaines agences ont pris la décision radicale de ne plus décrocher au téléphone. Face à un marché immobilier au ralenti pour les ventes, les locataires restent plus longtemps dans leurs appartements. En moyenne, la durée d'un bail est désormais de 40 mois, contre 30 mois auparavant. Malgré une offre déclinante, la demande continue d'augmenter, avec près de trois fois plus de candidatures pour une location par rapport à 2022.

Parmi nos sources

  • FNAIM (données concernant le nombre d’offres de biens à louer en France)
  • Imodirect (données concernant le nombre de candidatures par offre de location, et concernant la durée des baux)
  • Laforêt (données concernant le témoignage de l’agence immobilière parisienne)

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.