Armes hypersoniques : "Avangard" peut frapper n’importe quelle cible sur la planète

Publié Mis à jour
Armes hypersoniques : "Avangard" peut frapper n’importe quelle cible sur la planète
France 2
Article rédigé par
N. Chateauneuf, Y. Khodja, M. Jacomino, L. Bastian, P. Maire, M. Cayot, J. Louradour, J. Schmitt - France 2
France Télévisions

À l’étranger, les regards se concentrent toujours sur ce jeu dangereux entre l’Ukraine et la Russie. Au même moment, Vladimir Poutine tente d’entretenir son pouvoir intérieur et la course à l’armement fait partie de ce chemin qu’il dessine depuis 22 ans, avec une nouveauté : les armes hypersoniques. Décryptage en réalité augmentée.

Les Russes disposent actuellement d’au moins deux types d’armes hypersoniques. Le premier est destiné à transporter une charge nucléaire, pour frapper n’importe quelle cible sur la planète. "Avangard", c’est son nom, ressemble à un missile balistique, classique, long de 27 mètres. Mais dans sa coiffe se trouve un planeur, une sorte de drone de cinq mètres de long. Lancé par le missile, ce planeur, en matériaux composites, pourrait voler jusqu’à 27 000 km/h dans les hautes couches de l’atmosphère, protégé de l’air chauffé à 2 000 degrés par son bouclier thermique.

Une charge nucléaire équivalente à 130 fois celle de la bombe d’Hiroshima

Là où un missile classique monte dans l’espace et suit une trajectoire en cloche, prévisible pour la défense ennemie, "Avangard", lui, reste à plus basse altitude. Il peut virer de cap, son point d’impact est imprévisible. Le missile peut emporter une charge nucléaire équivalente à 130 fois celle de la bombe d’Hiroshima. Les Russes ont également développé des missiles hypersoniques à plus courte portée, comme le "Zircon", conçu pour couler des porte-avions ou détruire des cibles situées à moins de 1 000 kilomètres. La Russie envoie au monde un signal très clair : une nouvelle course à l’armement a commencé.

Parmi nos Sources

Joseph Henrotin, chargé de recherche au Centre d’analyse et de prévision des risques internationaux, et à l’Institut de stratégie comparée. Chercheur associé à l’Institut d’études de stratégie et de défense de l’Université Lyon-3 Jean Moulin. Rédacteur en chef de Défense & Sécurité internationale.   

Général Vincent Desportes, ancien directeur de l'Ecole de guerre. Professeur des universités associé à Sciences Po. Conférencier international.  

https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/henrotin_armes_hypersoniques_2021.pdf

https://carnegieendowment.org/programs/npp/hypersonic/

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.