Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Fausse alerte Ebola à Cergy-Pontoise : un premier test pour le dispositif de veille sanitaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

La fausse alerte à la fièvre Ebola jeudi 9 octobre à Cergy-Pontoise a permis d’effectuer un test grandeur nature du dispositif de surveillance sanitaire mis en place par la France. Décryptage par une équipe de France 2.

Comme à Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), la préfecture est la première informée en cas de suspicion de contamination par Ebola. Jeudi 9 octobre, la zone a immédiatement été mise en quarantaine. "La police a fait un périmètre de sécurité. (…) Personne ne pouvait entrer, personne ne pouvait sortir", raconte un témoin. Au même moment, l’INVS, l'Institut national de veille sanitaire, est alertée. Les équipes médicales sont envoyées sur place.

Une chaîne de surveillance qui débute en Afrique

 

S’il s’agit bien d’Ebola, ou s’il y a un doute, le malade est pris en charge dans l’un des douze hôpitaux habilités à le recevoir. Toutes les personnes en contact avec le patient sont listées et surveillées.

Hors du territoire, la surveillance débute dans les pays d’Afrique touchés par le virus. Le personnel médical examine chaque passager avant l’embarquement. Si un voyageur est suspecté, il reste au sol. A l'arrivée en France, le contrôle n'est pas systématique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13 Heures

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.