Cet article date de plus de quatre ans.

Feuilleton : au paradis des perles (3/5)

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Feuilleton : au paradis des perles (3/5)
Article rédigé par
France Télévisions

France 2 vous emmène au Japon, au paradis des perles nacrées. Certaines d'entre elles coûtent plus cher que des diamants.

Nous sommes à Tokyo, la capitale du Japon. Dans son quartier le plus chic se trouve le siège de Mikimoto, la grande marque de perles nippones. C'est l'une des plus anciennes compagnies au monde, fondée en 1893. Dans cette soirée champagne et perles organisée dans sa boutique, il y a toutes les tendances : collier sautoir ou "matinée", c'est-à-dire mi-long, ou le collier princesse ou "shocker", pour les spécialistes. Le Japon reste le plus grand marché au monde pour ces merveilles nacrées qui se vendent jusqu'à 51 000 euros, comme pour cette bague, ou 1 million d'euros pour ce collier. "Juste là, c'est notre plus grosse perle de culture : elle fait 19 millimètres", détaille la vendeuse. Et d'ajouter : "C'est sa rareté qui en fait sa valeur. Elle est plus chère qu'un diamant".

Une affaire de femmes

Le Japon et la perle, une longue tradition et, étonnamment, une affaire de femmes. Ce sont les "ama", des femmes vêtues de blanc, qui vont chercher les perles. Autrefois, elles plongeaient nues dans les profondeurs de l'océan Pacifique pour récupérer coquillages et huîtres perlières sauvages. Quand Mikimoto inventa la culture de la perle au XIXe siècle, il recruta ces plongeuses hors pair pouvant tenir deux minutes sous l'eau en apnée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13 Heures

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.