Question-réponse : le rachat d'Alstom par General Electric ?

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 26/04/2014Durée : 00h40

Alstom, bientôt sous le contrôle de l'Américain General Electric? Le gouvernement va tenter jusqu'au bout de trouver une alternative. Beaucoup de questions autour de cette transaction estimée a 10 milliards d'euros. Voici quelques éléments dé réponse.

Alstom bientôt racheté par le géant américain General Electric, le le scénario se précise. Demain, le PDG de l'entreprise américaine doit rencontrer Arnaud Montebourg et peut-être Manuel Valls pour tenter de les convaincre. L'exécutif, de son côté, entend obtenir des garanties sur l'emploi alors que dans les différents sites du groupe, les salariés sont divisés.

Peut-être une bonne nouvelle puisque Alstom a des problèmes de cash en ce moment.

Avec tout ce qu'il se passe, ce n'est pas un bon signe quand même.

En tout, Alstom emploie 93.000 personnes dans le monde dont 18.000 en France. Quelles sont les activités de l'industriel? Si Alstom est surtout connu pour être le fabricant du TGV, cette branche ne représente que 30% de son activité contre 70% pour l'énergie. C'est d'ailleurs cette branche qui intéresserait General Electric. Pour cet économiste, l'Américain est le candidat idéal pour sauver Alstom.

Il est dans une logique d'expansion mondiale, il est intéressé par les capacités industrielles d'Alstom et par ses marchés, donc ça fait un candidat tout trouvé pour le rachat d'Alstom.

Mais les propriétaires d'Alstom sont-ils prêts à vendre? Aujourd'hui, le premier actionnaire, c'est Bouygues. Le géant du BTP et dé la téléphonie détient 29% d'Alstom depuis 8 ans mais chercherait depuis des mois à vendre ses parts. Une position qui inquiète le gouvernement. Même si l'Etat n'est plus actionnaire depuis 2006, il est monté au créneau dès l'annonce des discussions. Arnaud Montebourg a exprimé une "vigilance patriotique" dans les colonnes du "Monde". A Bordeaux hier, il a rappelé que le gouvernement suivait de près le dossier.

Nous allons nouer un dialogue serein mais ferme avec tous ceux qui ont des choses à nous dire.

Cet après-midi, des sources proches du dossier évoquaient une offre de Siemens, le géant industriel allemand.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==