Prise d'otages : négocier avec les fondamentalistes ?

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 22/09/2013Durée : 00h30

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Comment agir face à ce type de prises d'otage ? Il est souvent quasi impossible de négocier avec les terroristes fondamentalistes, ayant conscience qu'ils s'engagent dans des actions sans issue.

Plus de 30 h que les terroristes sont cernes par les forces spéciales kenyanes. Ils seraient une quinzaine. Ont-ils des revendications ou l'intention de négocier ? Leur détermination et leur mode opératoire rappellent d'autres prises d'otages massives qui se sont terminées dans un bain de sang. Janvier dernier, complexe gazier d'In Amenas. Des terroristes lourdement armes avaient isole les Occidentaux. Leur chef réclamait la libération de prisonniers islamistes. 4 jours d'attente avant que les forces algériennes donnent l'assaut. Les ravisseurs, qui tentaient de fuir avec leurs otages, actionnent les explosifs : tous sont tués. Face à la violence extrême du groupe de Nairobi, la marge de manoeuvre des autorités kenyanes semble limitée.

On est face à une idéologie qui n'est pas dans la négociation. Négocier avec l'ennemi, c'est déjà trahir.

En 2008, la prise d'otages des palaces de Bombay avait duré 3 jours Comme hier a Nairobi, les assaillants islamistes avaient d'abord tire sur les clients, lance des grenades, puis retenu des Occidentaux. Les terroristes avaient été tués mais des otages avaient survécu.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==